Obrázky na stránke
PDF
ePub
[ocr errors]

tend

[ocr errors]
[ocr errors]

pescher de rire: mais en Thrace, où ce combat arrive souvent, & où tous ces Pygmées n'ont pas un pied de hauteur, on ne s'en moque point.

Mais cette perfidie detestable sera-t. elle impunie ? Je ne dis pas cela ; mais supposons qu’on le charge de chaînes , & qu'il dépende de nous de le condamner à la mort. Voftre colere peut-elle desirer autre chose ? Dites-moy, si ce qui est perdu en sera moins perdu, vostre dépost reviendra-t il à vous ? Quand vous luy avrés fait couper la teste, & que son sang aura esté répandu sur un échafaut, qui est ce qui approuvera la satisfaction

que vous en aurés? Mais la vengeance a des douceurs plus agreables que la vie mesme.

Ah, Calvinus! voilà le sentiment d'un hom. me déraisonnable, dont la bile s'échauffe ayfément, & que la plus legere occasion mee

tout en feu. Ce n'est pas la pensée de Chryi fippe, ny de Thales, ny de ce divin Vieillart

ne dans la Grece au pied du mont Hymette, qui n'auroit pas voulu donner à son plus grand ennemi une partie de la ciguë, qu'il prit avec tant de constance.

La Philosophie découvroit à leurs esprits les beautés de la Justice, & les délivroit des vices & des erreurs du peuple. Ils jugeoient que la vengeance n'a des charmes que pour les petits esprits. Et en effet, considerés que les Tome II.

D

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

femmes se laissent emporter beaucoup plus que les hommes au plaifir de se vanger,

Mais pourquoy croyés -vous que les méchans évitent la punition qu'ils meritent ? Ne sont - ils pas étonnés de l'image affreuse de leur crime? Leur conscience n'est-elle pas pour eux un impitoyable bourreau, qui les routmente par les remords, dont ils sont incelfamment agités. Y a-t-il un plus grand supplice, que de

porter jour & nuit un severe témoignage contre soy-mesme, Le cruel Ceditius, & le fier Rhadamante, ont-ils inventé quel. que peine plus terrible

La Preftreffe d'Apollon répondit à un La. cedemnonien, qu'il seroit puni, de ce qu'il avoit douté, s'il devoit retenir un depoft, & deffendre la perfidie par un jurement. Car il demandoit la réponse d'Apollon sur ce doute, & s'il feroit favorable à lon dessein. Il eft vray qu'il rendit le dépost, non par aucun amour qu'il euft pour la Justice, mais par

la crainte qu'il cut d’estre puni. Il éprouva la verité de la prediētion ligne du Dieu, qui l'avoit inspirée, & de la fainteté du Temple de Delphes. Luy, fcs enfans, toute fa maison, tous ses parens, dans quelque degré d'éloignement qu'ils fulsenr, perirent miferablement. La seule volouré de pecher fut punie de la force. Cac enfin celny qui forme dans son cour un del fein injuste est déja coupable d'injustice.

[ocr errors]

Semper & infirmi eft animi, exiguiq; voluptas
Ultio.continuo fic collige, quod vindi&ta
Nemo magis gandet quam fæmina. Cur tamen

les itent :) frculed

bos tu

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

manthus,

[merged small][ocr errors]

ret

Evafiffe putes, quos diri conscia facti
Mens habet attonitos, & surdo verbere cæ lit
Occultum quatiente animo tortore flagellum.
Pena autem vehemens, ac multo fevior illis,

Quas Ceditins gravis invenit, ant Rhada-
Nocte dieque suum gestare in pectore testem,
Spartano quidam respondit Pythia vates.
Haud impunitum quandam fore, quod dubita-
Depositum retinere, & fraudem iure tueri
Iurando: quærebat enim que Naminis effet
Mens, & an hoc illi facinus fuaderes Apollo.
Reddidit ergo metų, non moribus, & tamen om
Vocem adyti dignam templo, veramque probavit,
Extinctus tota pariter cum prole, domogne,
Et quamuis longa dedutis gente propinquis,
Has patiturpænas peccandi fola voluntas.

rayqu Durga

te qe elas pirée,

nem

[merged small][ocr errors]

Nam scelus iatra se tacicum qui cogitat ulluin,
Faci crimen habet; cedo fi conata peregit?
Perpetua anxietas, nec menfæ tempore ceffat,
Faucibus ut morbo ficcis, interque molares
Difficili crescente cibo. Sed vina misellus
Exprit, Albani veteris petiofa senectus
Difplicet. oftendas melius , denfissima ruga
Cogiturin frontem, velut acri du£ta Falerno
Noéte brevem si forte indulfit cura foporem,
Et toto versata toro iam membra quiefcunt,
Continuo templum, a violati Numinis arasy
Et quod precipuis mentem sudoribus urget,
Te videt in fomniso tua sacra, maior imago
Humana turbat pavidum, cogitque fateri.
Hi sunt qui trepidant, & ad omnia fulgura pal-

lent,

Cum tonat, exanimes primo quoque murmure

caeli ,

Non quasi fortuitu, nec ventorum rabie, fed
Iratus cadat in terras, o vindicet ignis.
Illa nihil nocuit, cura graviore timetur

Mais s'il execute son deffein, il est auflitoft tourmenté d'inquietudes continuelles. La crainte trouble son

repas, & son gozier ausli sec & aride que celuy des malades brûlés des ardeurs de la fiévre, ne peut avaler les meilleure viandes, qui semblent croistre sous les dents, & se rendre desagreables dans la bouche. Il ne trouve plus de vins supporta bles. Le vin vieux d'Albe ne luy plaist point. Si on luy en presente de plus delicats, tout son front se ride, & il fait des grimaces en le beuvant, comme si c'estoit du vin nouveau de Falerne. Si le silence & la nuit donnent quelquefois du reksche à son corps; s'il trouve quelque repos , aprés s'eftre tour. nélong-temps de cofté & d'autre sur son lict, auffi - toft les Temples & les Dieux offensés viennent le troubler; & ce qui luy donne des frayeurs mortelles, eft de vous voir devant ses yeux. Vous luy paroissés quelque chose de plus grand & de plus divin qu'un homme. A cet afpect, il a le cœur glacé de crainte, & reconnoist, en tremblant, toute l'horreur de la perfidic.

Ah! les méchans ne sont jamais en seureté. Ils paslissent à tous les éclairs , lorsqu'il tonne, ils sont à demi-morts, dés qu'ils entendent gronder le tonnerre , comme i la foudre n'estoit pas portée par le hazard, ou par la fureur des vents, mais comme fi elle haïlloić

« PredošláPokračovať »