Obrázky na stránke
PDF
ePub

les crimes, & ne tomboit qu'en discernant les coupables.

S'ils échappent aux fureurs d'un orage, ils craignent de perir par un autre , croyant que le beau temps ne differe leur punition que de quelques jours. Mais s'ils souffrent un mal de costé, & que la fievre les empesche de re. poser, ils se perfuadent auff-cost que les Deux leur ont envoyé cette maladie pour les punir, & que ce sont les pierres, & les fleches, dont ils se servent, pour les accabler. Ils n'ofent promettre

le Sacrifice d'un agneau , ny presenter un cocq à leurs Dieux domestiques, Car quelle esperance peuvent avoir les méchans, & quelles victimes peuvent-ils offrir, qui ne soient plus dignes de la vie, qu'euxmesmes? Apprens enfin , .qu'ils ont de l'inconftan

& de la varieté dans toute leur conduite. Ils ont de la hardieffe, lors qu'ils entreprennent une injustice; mais à peine est-elle commise, qu'ils en ont du repentir, & que

la beauré de la vertu, & la laideur du vice se presentent à leur esprit. Toutesfois aprés avoir condamné le mal, ils y retournent; leur penchant les entraine aux mefines desordres, dont ils ont eu honte. Car enfin, qui est-ce, qui a fini jamais les déreglemens, ausquels il s'est accoûtumé ? Qui est ce, qui est devenu honneste, aprés avoir violé les loix de l'hon.

ce

Proxima tempeftas, velut hoc dilata fereno.
Preterea lateris vigili cum febre dolorem
Si cæpère pati, miffum ad sua corpora morbum
Infesto credunt à Numine, Saxa Deorung
Hæc , e tela putant. pecudem spondere facello
Balantem, & Laribus cristam promittere galli
Non andent : quid enim fperare nocentibus

ægris
Concessum ? vel que non dignior hoftia vita?
Mobilis & varia eft ferme natura malorum:
Cum scelus admittunt, fuperest constantia ,

quid fas

Atque nefas. tandem incipiunt sentire pera&tis Criminibus. tamen ad mores natura recurrit Damnatos, fixa, es mutari nesčia. Nam quis Peccandi finem posuit fibi, quando recepit Eiectum femel attrita de fronte ruborein? Quisquam hominum eft, quem tu contentum vi

deris #no

Flagitio : dabit in Laqueum vestigia noster

Perfidus, & nigri patietur carceris uncum,
Ant maris Ægæi rupem, fcapulofque frequentes
Exxlibus magnis.pena gandebis amara
Nominis invisi, tandemque fatebere lætus
Nec surdum, nec Tiresiam

quenquam

effe

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

nesteté. Avés - vous jamais veu un homme, qui aprés avoir commis un grand crime, en foit demeuré la? Nostre perfide tombera dans quelque nouveau crime : Il sera lié dans un cachot obscur; il sera banni sur un rocher de la mer Ægée, ou sur ces éccüils celebres

par tant d'exils. Vous apprendrés avec plaisir la juste punition de vostre ennemi, & vous rem connoistrés enfin avec joye, que les Dieux ne sont ny sourds a ny avcugles.

[merged small][ocr errors]

QUATORZIE’ME SATYRE

DE JUVENAL.

De l'Education des Enfans.

[ocr errors]

Ly a beaucoup de choses, mon cher Fus

cin, qui mericent d'estre condamnées pu. bliquement, & qui font de mauvaises impressions sur les cœurs, dont les peres donnent l'exemple à leurs enfans mesmes. S'ils ayment les jeux, leurs heritiers l'ayment auffi, & remuënt les dés & le cornet dés le ber

ceau.

Quelle esperance peut-on avoir d'un jeune homme, qui a appris de son pere, comment il faut affaifonner des truffes, & des mousserons, & plonger des becassines dans la melme fausse. C'eit sur la delicatese qu'il luy a veuë, qu'il s'est formé un goust fin, & difficile. On luy aura donné dés l'âge de sept ang un Sage Gouuverneur: Mais quand il en auroic eu mille, il aymera toûjours la bonne

« PredošláPokračovať »