Obrázky na stránke
PDF
ePub

Viribus occultis, o. Bæticus adjuvat her.
Ille nec argentum dubitabat mittere, lances
Parthenio factas, urna cratera capacem
Er dignum sitiente Pholo, vel conjuge Fufci;
Adde & bafcandas, á mille escaria, multum
Celati, biberat quo callidus emptor Olynthi.
Sed quis nunc alius, qua mundi parte, quis alle

det
Argento preferre caput, rebusque falutem ?
Non
propter

vitam faciunt patrimonia quidam Sed vitio cæci propter patrimonia vivunt, fa£tatur rerum utilium pars maxima, fed neo Damna levant. tunc adversis urgentibus,illuc Recidit , st malum ferro fummiteret, as fe Explicat anguftum , discriminis ultima quando Præfidia afferimus, navem factura minoren, I nunc, & ventis animam committe, dolato Confisus ligno, digitis à morte remotus Quatuor aut septem, fi fit latissima teda:

I Mox cum reticulis, & pane, ventre lagene,

Aspice sumendas in tempestate secures. Profpera vectoris, fatumque valentibus Euro, Et pelago : poftquam Parc& meliora benigna Pensa manu ducunt hilares, & ftaminis albi Lanifice : modica non multo fortior aura Ventus adeft, inopi miserabilis arte cucurrit Vestibus extensis, et quod fuperaverat unums Velo prora fuo. fam deficientibus. Austris, Spes vitæ cum soleredit: tum gratus Iulo Atque novercali fedes prelata Lavino Conspicitur fublimis apex, cui candida nomeni Scrofa dedit (letis Phrygibus mirabile sumen, Et nunquam visis triginta clura mamillis.) Tandem intrat positas inclusa per aquora moles, Tyrrhenamq; Pharon, porrectaq; brachia rurfus,

Que pelago occurrunt medio, longeq; relinquit: Italiam. non fic igitur ræirabere portus,

Quyos natura dedit, sed trunca puppe magister
Interiora petit Bajane pervia cymba.
Tuti stagna finas: gaudent tibi vertice rafo:

bliés pas de porter des haches , qui vous seroni necessaires dans la tempelte.

Aprés que la mer fut appaisée, que le destin de nostre voiageur eut surmonté l'orage, que les

parques adoucies eurene conduit d'une main plus favorable le fil de la vie, & qu'un vent favorable se fut levé,

qui
n'estoit

gueres plus fort que le zephyr, il commença à estendrefes robes au lieu de voiles, n'en citant reté qu'un seul à la provë. Le vent du midi ne soufflant plus avec violence, & le soleil venant à paroistre, on eut enfin esperance. On apperceur le haut de cette montagne, que le fils d'Ænée prefera à Lavinium, où il bastit une ville, à laquelle il donna le nom d'Albe, y ayant veu cette fameuse Truye, qui de fes mammelles nourrissoit trente perts.

Enfin, il entre dans ces vastes digues, qui enferment une grande plage proche d'Ostie, qui est le phare de cette mcr, & qui estendant leurs bras, & les avançant fort loin, semblent abandonner l'Italie. Vous ne trouverés rien d'ausi merveilleux dans tous les Ports,

, que la 'nature.nous a donnés. Catulle fist aborder le reste de lon, vaisseau dans ce lieu tranquille, où les moindres barques peuvent voguer en seureté, & où les Nauconniers accourent à l'enviles uns des autres, & en toute liberté tous les perils, dont

ils sont échapés.

Allés donc, jeunes enfans, joignés vos veus aux miens'; embelliffés de Acurs l'entrée du Temple; preparés les coûteaux sacrés, pour couper les gâteaux de froment; élevés un Autel de gazons , & allumés un feu qui repende nos parfums. Je suivray vos pas, & aprés avoir accompli les ceremonies de nostre Sacrifice , je retourneray

chés
moy, pour

offrir encore des Couronnes de fleurs aux Statuës de circ de nos Dieux. Là i'appaiseray la colere do Jupiter , ie presenteray de l'encens à nos Dieux domestiques , & ic répandray des violettes sur leurs Aurels. Je voy toutes choses preparées, les festons de laurier s'élevent au dessus de ma porte, & les flambeaux, qui y sont allumés des le point du jour , témoignent que ic celebre une feste.

Au reste, mon cher Corvin , nesoubçonne point mon amitié d'aucun interest. Carulle, pour qui ie prepare ce Sacrifice , a trois petits heritiers. Je sçay bien qu'il y en a peu, qui voulussent offrir aux Dieux pour un amy, dont il n'y a rien à esperer, une seule poule maigre, & déia mourante. La dépense seroit excellive. N'attendés pas de voir iamais presenter le moindre oyseau pour un homme, qui a des enfans. Mais G Galitha, ou Pacuvius, qui n'en ont point, ont un peu plus de chaleur, qu'à l'ordinaire, aufii-toft l'entrée des Temples eft couverte de Tableaux de

Garrula fecuri narrare pericula nanta.
Ite igitur pueri, linguis, animisque faventes,
Sertaque delubris, farra imponite cultris,
Ac molles ornate focos, glebamque virentem.
Jam fequar, o sacro , quod præstat, rite pera&to
Inde domum repetam,graciles ubi parva coronas
Accipiunt fragili fimulachra nitentiu cera.

Hic noftrum placabo fovem, laribusque pater".

sis

Thara dabo, atque omnes violejactabo colores Cun&ta nitent, longos erexit ianua ramos, Et matutinis operatur festa lucernis.

Nec suspecta tibi fint hæc, Corvine! Catullus,
Pro cuius redity tot pono altaria, parvos
Treis habet baredes; libet expetate, quis agrama
Et claudentem oculos gallinam impendet amico
Tam sterili. verum hec nimia eft impensa, goture

nix
Nulla unquam pro patre cadet. fentire calorem
Si ccepit locuples Gallita, & Paccius orbi,
Legitime fixis vestitur tota tabellis

« PredošláPokračovať »