Obrázky na stránke
PDF
ePub

ny roües,

jeune fille,& que Vulcain n'essuyoit point ses bras noircis de la fumée de la forge , pour en boire. Dans ces premiers temps chaque Dieu disnoit chés soy ; & d'ailleurs il n'y en avoit pas une li grande troupe, qu'aujourd'huy. Les altres estoient contens d'en avoir quelques-uns, & comme le nombre en estoit petit, ils n'accabloient pas de leur foule le miserable Athlas: Personne n'avoit encore le trifte Empire des Abysmes. Pluton & Proserpine ne regnoient point aux enfers. Il n'y avoit

ny
furies,

, ny
rochers,

, ny vautour. Les ombres n'avoient point de Roys, &e. Itoient heureuses.

C'est en ce temps-là que l'injustice euft paru quelque chose d'eftonnant. Ils croyoient qu'un jeune homme auroit commis le plus grand de tous les crimes, s'il n'avoit pas honoré son ancien, quand il auroit eu chés luy plus de gland. Il n'y avoit point d'enfant, qui ne fust obligé de ceder à celuy qui avoit de la barbe, tant l'avantage de quatre ou cinq années estoit estimé, le premier poil estant aussi Venerable à l'égard de ceux qui n'en avoient point, que la vieillesse l'eftoit aux jeunes gens.

Mais aujourd'huy, sian ami ne dénie pas un dépoft; fi à la premiere demande, il rend le sac, & la inesme

monnoye couverte de pousfiere & de coüille, c'est un prodige de fidcli

[ocr errors][merged small][ocr errors]

Brachia Vulcanus Lipara a nigra taberna.
Prandebat fibi quisque Deus, nec turba Deorum
Talis ut est hodie, contentaque fidera paucis
Numinibus miserum urgebant Atlanta minori
Pondere:nondum aliquis fortitu triste profundi
Imperium, aut Sicula tervus cum conjuge Plu-

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

ton.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

Nec rota, nec furia, nec farum, aut vulturis

atri
Pæna, fed infernis hilares sine Regibus umbre.
Improbitas illo fuit admirabilis ævo.
Credebant hoc grande nefas, & morte pian.

dum
Si juvenis vetulo non affurrexerat, & fi
Barbato cuicunque puer, licet ipse videret.
Plura domi fraga, majoris glandis acervos.
Tam venerabile erat precedere quatuor annis,
5 Primaque par adeo sacre lanugo fene&te.
Nunc fo depositum non inficietur amicus,
Si reddat veterem cum tota ærugine follem,
Predigiofa fides, & Thufcis digna libellis,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

Que que coronat á luftrari debeat agnâ. Egregium fantumque virum fi cerno, bimem.

bri

Hoc monstrum puero, vel mirandis sub aratro Pifcibus inventis, & foeta comparo mula, Sollicitus, ranquam lapides effuderit imber; Examenque apium longa confederit uva Culmine delubri, tanquam in mare fluxerit ama

nis Gurgitibus miris,& laĉtis vortice torrens. Intercepta decem quereris sestertia fraude Sacrilega. quid fibis cent um perdidit alter Hoc arcana modo? majorem tertius illa Summam , quam patula vix ceperat angulus ar

ca?

Tam facile & pronum est, superos contemnere

teftes, Simortalis idem nemo sciat afpice quanta Voce neget, qua fit fi&ti conftantia vultus. Per Solis radios, Tarpejaque fuln inajurat, It Mariiiframeam, á Cirrhæi spicula vatis,

[ocr errors]

té, qui merite d'estre mis dans le livre des merveilles par les Sacrificateurs d'Etrurie. C'est un miracle, qui merite le Sacrifice d'une Brebis couronnée de fleurs ·

Lorsque je rencontre un homme sans def. faut , je ne puis pas moins surpris, que li je voyois quelque monstre ; ou si j'entendois dire que l'on a trouvé des poissons sous le foc des charruës, ou qu'une mule est pleine. Je suis aufli estonné que s'il y avoit eu une pluye de pierre, que fi un essaim d'abbeilles s'estoit artaché au feste de quelque Temple en forme de raisin, ou si quelque riviere changeoir en un instant de couleur, & rouloic dans la mer des ondes de sang, ou de laict.

Vous vous plaignés, de ce que par une trompetie horrible on yous retient dix festerces. Mais que dites-vous de deux cent qu'on a volés à un autre , qui comme vous les avoit commises à la bonne foy d'un amy. Que dites-vous d'un troisiéme, qui a perdu une bien plus grande somme, qui avoit entré avec peine dans un grand coffre. Tant il est vray qu'il eft aysé de mépriser le témoignage des Dieux, lorsque l'on ne craint point celuy des hornmes. Ecoutez, avec quelle impudence il nic vostre dépost. Voyez quelle fausse affeurançe il fait paroistre sur son visage. Il jure par les rayons du soleil, par les foudres de Jupiter, par la lance de Mars, par les fléches d'A,

pollon, par le carquois & les dards de Diane, par le Trident de Neptune. Il ajoûtera encore, si vous voulés l'entendre, la massue d'Hercule, la pique de Minerve, & toutes les armes de l'Arsenal des Dieux. Et pour obtenir plus de creance, il dira encore, que je puisse manger, comme un autre Thyeste, la teste de mon fils unique dans du vin-aigre d'Ægipre.

Il y en a qui font dépendre de la fortune tout cer Univers qui croyent qu'il n'y a personne, qui regle l'ordre, qui est dans le monde, que les differents changemens, qui arrivent, & les revolutions du jour & de la nuit, des faisons & des années, sont des effets de la disposition naturelle des choses; & dans ces vaines pensées, il n'y a point d'Autels, ou de Tem. ples, qu'ils craignent de violer par leurs faux ferments.

Il y en a d'autres, qui craignent que la punition ne luive leur crime. Ils croyent qu'effectivement il y a des Dieux; mais ils ne laissent pas de

commettre un parjure. Car voicy ce qu'ils pensent. Qu'lfis ordonne de moy ce qu'il luy plaira ; qu'elle frappe mes yeux de ses cymbales, pourveu que le dépost, que

ie dénie soit à moy. Un peu de langueur, quelque absés, une playe à la cuisse, ne sont pas de li grandes peines, que celle de n'avoir rien, Qu'importeroit-il à Ladas, d'avoir la goûte, s'il estoit riche, comme les goureux, pourveu

[ocr errors]

!

« PredošláPokračovať »