Obrázky na stránke
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

nut bien que celuy, qui vouloir conquerir tout

l’Vnivers, 8: qui devoir e{{`uyer tant de perils, dans une й grande entrcprife , eltoit moins heureux, que ce Philofophe, qui ne deliroit rien. Si nous ellions fages, adoretions~nous la fortune? Aveugles que nous fommes ‚ dell: bien vainement que nous la plagons dans le ICiel.

Si quelqu'un me demandoit , quelles mel`u«I res je donne aux riclnelfes, je répondray de bonne foy, qu’il en faut avoir, autant que деmandent lesbefoins dela vie, la loif, la faim, le froid; autant qu'Epicute en a eu dans fes jardins ­, autant que Socrate en polfedoit dans

fa maifon. La nature , 8: la fageife ne deman- n

[ocr errors]
[graphic]
[graphic]

Iuvnxuus SATYRA XV. 42. .Magnum baliitatorem , quanto fclicior hic, qui

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][graphic][merged small]
[graphic]
[ocr errors]

chofes, jufques â ne pouvoir luy refufer la mort de Meffaline.

[ocr errors][graphic][graphic]
[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

lulius, quels rnonßres on adore dans llëgypte. Les uns s’y ptofternent en preferice d’un crocodile : les autres tretnblent детей peét devant un oyfeau , qui s’engraiIle des fctpens qu’il devote. On y voit la Statue' ‘го: d’un Singe, dans l’aneienne Thebes , qui 3 cent portes , où des chotdes mcrveilleufes tetentilfene par la bouche de Memnon , dont on a encore la moitié. Et il у a des Villes entieres, qui ont dans le meftne Temple pour leurs Dieuxles poiifons dela mer; quelques autres ont preferé ceux des rivieres. Ilyeua qui adorent jufques àun chien. Mais perfomne n’y connoift Diane.I Ce feroit un facrile­ ge de manger des poireaux, ou des oignons.

« PredošláPokračovať »