Oeuvres complètes de Thomas, de l'Académie française: précédées d'une notice sur la vie et les ouvrages de l'auteur, Zväzok 6

Predný obal

Vyhµadávanie v obsahu knihy

Èo hovoria ostatní - Napísa» recenziu

Na obvyklých miestach sme nena¹li ¾iadne recenzie.

Zvolené strany

Iné vydania - Zobrazi» v¹etky

Èasté výrazy a frázy

Populárne pasá¾e

Strana 377 - Le Nil a vu sur ses rivages Les noirs habitants des déserts Insulter, par leurs cris sauvages, L'astre éclatant de l'univers. Cris impuissants, fureurs bizarres! Tandis que ces monstres barbares Poussaient d'insolentes clameurs, Le dieu, poursuivant sa carrière, Versait des torrents de lumière Sur ses obscurs blasphémateurs.
Strana 371 - Mon ami , combien ces tableaux de la nature sont ravissans, et qu'ils tiennent aisément lieu de la société des villes, des plaisirs et des hommes, excepté des amis. Je vous prends quelquefois avec moi dans ces promenades solitaires : nous gravissons ensemble les rochers ; et parvenus à leur sommet , je vous montre ces grandes scènes du drame éternel de l'univers. J'aime à croire que je suis aussi quelquefois avec vous dans votre solitude, et que mon souvenir se place quelquefois à côté...
Strana 327 - ... vous avez bu à ma santé dans ce lieu mélancolique et sauvage , et vos amis, dans ce moment, ont daigné devenir les miens : j'aurais été digne d'être en quatrième dans cette partie , et ma sœur se serait facilement associée aux vôtres. Remerciez pour moi , et remerciez bien tendrement vos convives de leur souvenir. Et nous aussi nous parlons souvent de notre cher Ducis dans les montagnes de la Provence. Dernièrement, dans un voyage que j'ai fait, j'ai vu un des plus beaux et des plus...
Strana 371 - Le ciel le plus pur se réfléchit dans une mer brillante, qui paraît elle-même un vaste ciel en mouvement. Je vais tous les jours sur des montagnes parsemées d'oliviers, de citronniers et d'orangers , jouir de ce magnifique spectacle, et voir le soleil, comme au temps d'Homère et de Virgile, descendre dans les flots de l'Océan, qui semble lui préparer un lit d'or , de nacre et de pourpre. Mon ami , combien ces tableaux de la nature sont ravissans, et qu'ils tiennent aisément lieu de la société...
Strana 389 - Ce lieu est fait pour vous. Combien il réveillera, dans votre imagination, d'idées mélancoliques et tendres! Je vous connais, vous serez plus d'une fois tenté d'y rester; vous n'en partirez, du moins, qu'avec les regrets les plus touchants.
Strana 215 - J'ai un véritable regret que nos ames ne se soient pas réunies plus tôt , et que le temps ait volé à notre amitié tant d'années qu'il nous devait. Employons du moins celui qui nous reste , et soyons séparés le moins qu'il nous sera possible.
Strana 396 - ... cœurs et nos bras vous attendent. L'archevêque de Lyon , notre confrère à l'Académie , qui est dans ce moment à sa campagne, vous verra sûrement avec plaisir. Il a de très beaux jardins où vous pourrez rêver à votre aise ; mais vous n'y trouverez pas les horreurs imposantes et le caractère sacré des rochers de SaintBruno. Votre imagination, qui vous sert à merveille, pourra transporter le désert au milieu des bosquets du prélat : pour la première fois ils s'étonneront de se...
Strana 271 - ... c'est peut-être l'effet de la saison qui ranime tout. Tous nos champs et nos jardins sont en fleurs ; le grenadier , que l'on rencontre partout parmi les haies et les buissons, commence à rougir ; nos prairies ont les plus belles couleurs ; la verdure ici a un éclat que je n'ai vu nulle part; les fleurs incarnates du pêcher font un effet charmant parmi ses feuilles naissantes, et qui annoncent la jeunesse de l'arbre comme de l'année. Nous avons dans notre jardin de grands quinconces entièrement...
Strana 355 - ... si tristes , être auprès de vous , pour vous donner au moins les faibles consolations de l'amitié : je sais combien elles sont insuffisantes ; mais il m'eût été doux du moins de pleurer avec vous , et de partager vos douleurs. Ah ! vous étiez du moins placé entre deux âmes tendres et sensibles comme la vôtre : la meilleure et la plus respectable des mères, qui vous aime comme un fils, et vous chérit encore comme l'ornement et l'honneur de sa vieillesse, doit, sinon vous distraire...
Strana 327 - J'ai envié, mon cher ami, le dîner que vous avez fait avec vos amis dans cette horrible solitude , et parmi les ruines et les tombeaux de Port-Royal. Vous avez donc pensé à moi dans ce désert ; vous avez bu à ma santé dans ce lieu mélancolique et sauvage , et vos amis, dans ce moment, ont daigné devenir les miens : j'aurais été digne d'être en quatrième dans cette partie , et ma sœur se serait facilement associée aux vôtres. Remerciez pour moi , et remerciez bien tendrement vos convives...

Bibliografické informácie