Obrázky na stránke
PDF
ePub
[graphic]

DE L'EGLISE. (AN 1120.) 71 les autres prières, elles s'occupoient à faire ou à racom: les habits des religieux, et à blanchir le linge de la sa. Mais on reconnut bientôt qu'il n'est point de précausuffisantes contre les moindres occasions, quand elles labituelles. Pour obvier aux suites du relâchement qui duisit d'abord dans la clôture, il fut ordonné dans un tre général, de ne plus recevoir de religieuses dans l'en

des abbayes d'hommes. En conséquence, on assigna tes les soeurs, sans exception, des monastères partis, où elles prirent le choeur qu'elles n'avoient point auant. pape Calixte, avant de quitter la France, alla s'aboucher irs, avec le roi d'Angleterre son parent, sur ce qui imit au bien de cette église. Il repassa par Paris, d'où le roi

le Gros et la reine Adélaide, nièce du pontife, avec la rt des seigneurs français, l'accompagnèrent par honneur 'à Corbeil; il prit sa route par la Bourgogne, et voulut ejaillir quelque rayon de sa gloire nouvelle sur le siége 1 étoit passé à la chaire de saint Pierre. Il attribua la pri

à cette ancienne capitale du royaume de Bourgogne, eulement sur le Dauphiné et la Provence, mais sur les nces de Bourges, de Bordeaux, d'Auch et de Narbonne. mme les archevêques de Narbonne et de Bourges avoient e de primats, celui de Vienne, à qui on les soumettoit, > titre de primat des primats 1. Mais cette concession, qui it guère que la prédilection pour principe, 'n'eut point d'autre effet que ce titre pompeux, si ce n'est que êchés de Die et de Viviers demeurèrent soumis à la méle de Vienne, qui les acquit ainsi sur celle d'Arles. s que Calixte fut entré en Italie, les peuples accoururent ale pour lui rendre leurs hommages comme au pontife me, et lui offrir leurs services. Les troupes toscanes se irent aux processions qui vinrent le recevoir dans celle nce. Celles de Rome avancèrent à sa rencontre jusqu'à journées de distance, et lui témoignèrent la plus grande arà venger sa querelle, qu'elles ne distinguoient pas de celle de..

arca. de prim. Lugd. n. 132, 133.

[ocr errors][merged small]

IMPRIMERIE DE L. GAUTHIER.

SUR LE RITUEL,

PAR L.-A. JOLY DE CHOIN,

ÉVÊQUE DE TOULON. A 22625
TROISIÈME ÉDITION,

MISE EN CONCORDANCE AVEC LE DROIT CIVIL ACTUEL.

PAR M. GOUSSET,

DIRECTEUR ET PROFESSEUR DE THÉOLOGIE

AU SÉMINAIRE DE BESANÇON.

[merged small][graphic][merged small]

CHEZ GAUTHIER FRÈRES ET C.ie, LIBRAIRES,

RUE et noteL SERPENTE, N.o 16.
MÊME MAISON DE COMMERCE, A BESANÇON.

M. DCCC. xxix.

« PredošláPokračovať »