Obrázky na stránke
PDF
ePub

Apluftre & fummo tristis captivus in arcu,
Humanis majora bonis creduntur: ad hæc se
Romanus , Grajusque ac Barbarus induperator
Erexit, cauffas discriminis atque laboris
Inde habuit. Tanto major famæ fitis est, quam
Virtutis:quis enim vircutem ample&titur ipsam,
Præmia fi tollas ? patriam tamen obruit olim
Gloria paucorum , & laudis, titulique cupido
Hafuri faxis cinerum custodibus : ad que
Discutienda valent sterilis mala robora ficus:
Quandoquidem data sunt ipsis quoque fara

sepulchris. Expende Annibalem : ( quot libras in Duce

fummo Invenies ? hic eft ) quem non capit Africa

Mauro Perfufa Oceano, Niloque admota tepenti, Rursus ad Æthiopum populos, altofque elephan

tos,

Additur imperiis Hispania: Pyrenaum Tranfilit, opposuit natura Alpemque, nivem qu Diduxir fcopulos, & montem rumpit aceto.

Dd

Jam tenet Italiam, tamen ultrà pergere tendit. Aftum , inquit, nihileft, nisi Puno milite port as

Frangimus, et media vexillum pono Suburra.
O qualis facies, & quali digna tabella ,
Cum Getula ducem portaret bellna luscum !
Exitus ergo quis eft? ô gloria ! vincitur idem

Nompe, & in exilium praceps fugit, atque ibi

magnus

Mirandusque cliens fedes ad prætoria Regis,
Donec Bithyne libeat vigilare tyranno.
Finem anima, qua res humanas miscuit olim,
Non gladii, non saxa dabunt, non tela: fed ille
Cannarum vindex, ac t inti funguinis ultor
Annulus. I demens, & savas curre per Alpeis
Ut pueris placeas, & declamatio fias.
Unus Pellao juveni non fufficit orbis.
Æstaat infelix , angufto limite mandi,

phant au milieu des Campagnes d'Italie; mais il n'est pas encore au bout de ses entreprises: mes victoires sont imparfaites , dit il, fi aprés tant de combats, je ne voy cette superbe Ville en ma puissance, & si je ne plante mes drapeaux triomphans dans le milieu deRome:Que son visage estoit fier. Que l'on eût bien fait de le peindre monté sur un élephant; que le portrait en auroit esté beau , bien qu'il n'eust plus qu'un qil. Mais qu'arrive-t-il ? O gloire d'Annibal, qu'estes-vous enfin devenuë. Il est contraint de chercher la seureté dans une fuitte precipités & pendant son exil, ce Grand, & admirable Capitaine est reduit à faire la Cour à un Prince Barbare, & d'attendre son réveil.

La fin de cette vie illustre, qui avoit rempli tout l'Univers d'admiration & de crainte, n'arrive point dans une bataille. Ce n'est point le beau sort des armes, qui la termine. C'est un anneau, qui vange tant de sang répandu, tant de carnage des Romains, Que te fert il d'avoir couru toures les Alpes; va passer les Pyrenées. Enfin toutes ces victoires que deviendront-elles ? Le sujet d'un Livre, ou d'une harangue, que l'on donnera à faire à ceux qui étudient l'éloquence.

Un seul monde ne suffit pas aux vastes desirs du jeune Alexandre. Son ambition 'ne peut estre bornée par les limites de l'Univers;

il se donne de l'inquietude, comme s'il estoit arresté sur les éccüils de Gyare, ou dans la petite Ille de Seriphc. Mais quand il avra ad. joûté à ces Conquestes la Ville de Semiramis; il ne faudra qu'un cerceuil pour l'enfermer, tant il est vray que la mort seule nous apprend que tout ce que nous sommes eft

peu

de chose. Si nous donnons creance aux fables

que

les Grecs mellent hardiment à l'Histoire, on dit que Xerxes ayant

fait

couper une partie du Mont Athos , y fit passer la mer , qu'il la couvrit de dix mille vaisseaux, qu'il y fit un port merveilleux , qu'il mettoit les rivieres à fec, & qu'il n'y en avoit point de fi gran. des, qui ne fussent taries

campe: ment.

Sostrate adjoûte beaucoup d'autres mere veilles , quand il a un peu arrosé ses levres. Mais quand il se retira de Salamine, à son arméc, que devint-il? luy qui commandoic aux vents & aux orages, & qui les menacoic du foiet avec plus d'autorité, qu'Æole n'en a iamais eu sur eux, luy qui avoit enchaîné la mer; luy, qui auroit fait porter à Neptune les marques des Esclaves, s'il n'avoit cu de la douceur. (Efc il poflible qu'aucun des Dieux cûc pû luy efore favorable. ) Mais enfin que devinc-ila Il est réduit à s'enfuir, n'aïant plus qu'un vai[[cau, voïant la mer teinte du sang

par un

seul

[ocr errors]

Ut Gyare clausus Scopulis, parvaque Seripho. Cum tamen à figulis munitam intraverit urbem, Sarcophago contentus erit. Mors sola fatetur Quantula fint hominum corpuscula. creditur

olins Velificatus Atbos, & quicquid Grecia mendax Audet in hiftoria. cum stratum claffibus iifdem Suppofitumque rotis folidum mare credimus alto Defeciffe amnes, epotaque flumina Medo Prandente, o madidis cantat qua Sostratus alis Ille tamen qualis rediit Salamine reli&ta In Corum, atque Eurum folitus favire flagellis Barbarus, Æolio nunquam hoc in carcere paffos, Ipsum compedibas, qui vinxerat Ennofigaum? Mitius id fane , quod no estigmate dignum Credidit. huic quisquam vellet fervire Deorum? Sed qualis rediit ?- nempe una nave cruentis Flu&tibus, ac tarda per denfa cadavera prora.

« PredošláPokračovať »