Obrázky na stránke
PDF
ePub

Cogimur, & cultis augere peculia servis.

Qui timet, aut timuit gelida Praneste ruinam, Aut pofitis nemorosa interjuga Volliniis, aut Simplicibus Gabiis, aut prosi Tiburis arce? Nos urbem colimustenui tibicine fultam Magna parte füi, nam fic labentibus obft 10 Villicus, a veteris rima contexit hiatum : Securos, pendente jubet dormire, ruina. Vivendum eftillic, ubi nulla incendia, nulli No{te metus. jam pofsit aquam , jam frivola

transfert
Vcalegon: tabulata tibi jam tertia fumant.
Tunescis: nam sigradibus trepidatur ab imis,
Vl-imus ardebit quem tegula fala tuetur
A pluvia, molles ubi reddunt ova columba.
Lectus erat Codro Procula minor, urceoli sex,
Ornamentum abaci: nec non-& parvukus infra
Cantharus , di recubans fub eodem marmore

Cheiron,
Jamque vetus Græcos fervabat cista libellos,
Et divina Opici rodebant carmina mures.

G

Nil habuit-Codrus. quis enim negat ? ó tamen

illud

Perdidit infelix totam nihil: ultimus autom

Ærumna-cumulus, quod nudum ex fruftra ro

gantem

Nemo cibo, nemo hofpitio, tezroque juvabit.
Si magna Asturici cecidit domus : horrida mater,
Pullati proceres, differt vadimoni a Prætor.
Tunc geminus cafus urbis, tunc odimus ignem.
Ardet adhuc, ó accurrit qui marmora donet,
Conferat impensas : bic nuda, & candida fgna:
Hjc aliquid præclară Euphraxoris, ó Polycleti,
Hec Afianorum vetera ornamenta Deorum.
Hic libros dabit, e forules, mediamque M

nervam :

Hic modiun argrutis meliora, & plura reponit Perfocus orborum lautiffimas, merito jam

Codrus n'avoit pour tous meubles qu'un lit trop.estroit pour la femme, & pour luy, fix petites cruches, qui fervoient d'ornement sur un buffet , avec un vase de terre à deux anses, dont le pied'estal representoit Chyron le Centaure, un vieux coffre, où il gardoit ses livres, & où les rats ne laisfoient pas d'entrer, & de ronger ses vers admirables. Enfin, pour mieux dire, Codrus n'avoit rien. Tout le monde en convient. Il perdit neanmoins ce rien, qui estoit tout ce qu'il avoit au monde. Et dans cette extremité, il implora yainement la compassion des hommes: il ne se trouva personne qui voulust soulager la misere , & qui eust la bonté de luy donner du pain ou de luy offrir sa maison ; mais si le feu brusle celle d'Aftur ou de quelque autre riche, la douleur est universelle ; Rome s'afflige , les premiers de ses Citoyens ne paroissent qu'en deuïl.Le Preteur interrópt les affaires. On croit que tout et perdu , on parle par tout de cet embrasement. Il n'est

pas csteint que les uns accourent,pour luy offrir du marbre que les autres luy donnent des figures, ceux-là quelques ouyrages d'Euphanor, & de Polyclete, qui ont fervy d'ornement dans les Temples de la Grece, ceux-cy

desli yres , des tablettes pour

les mettre en ordre avec un buste de Minerve. Il y en a, qui luy apportent de l'argent. Enfin cet homme riche & sans enfans treure caprà gaigner dans cette

mis luy

perte , que l'on ne sçait s'il n'a

pas mesme le feu à la maison pour profiter de son malheur.

Si tu pouvois t'arracher des jeux du Cirque Sora ou Fiabaterie , ou Frusinon, ces ayma. bles endroits de la campagne, te fourniront une maison agreable pour le prix que tu employes au loyer d'une chambre lombre & delagreable. Il y aura un jardin , avec un puits qui ne sera point profond, dont tu tireras l'eau sans peine & sans corde', & dont tu arroseras tes arbres encore jeunes. Choisis cette vie , aymant à y cultiver toy - mesme ton jardin, où tu auras assez de fruits pour en traiter cent Disciples de Pithagore. C'est un plaisir d'avoir quelque chofe à soy, & d'estre le Maitre en quelque endroit que l'on vive.

Si on est malade à Rome, il y faut perir, parce qu'il n'y a pas moyen d'y prendre un peu de repos. Comme on ne peut y dormir, il reste des crudités qui ne se digerent point, & qui produisent des maladies. Car peut on goûter la douceur du sommeil dans des maisons

que l'on loüe : Il faut eftre riche , & avoir de grands appartemens à Rome pour y dormir. Voilà la cause de tous nos maux, Le bruit des carosses, les cris des mulettiers , interrom. proient le sommeil mesme de Drusus, & des veaux-marins.

Si quelquo affaire nous oblige de sortir,

Sufpe&tus, tanquam ipse suas incenderit ades.

Si potes avelli Circensibus , optima Sora,
Aut Fabraterie domus, ant Frufinone paratur,
Quanti nunc tenebras unum conducis in annum.
Hortulus hic , putenfque brevis, nec reste mo.

vendus,
In tenues plantas facili diffunditur hauftu.

Vive bidentis amans, & culti villicus horti

Vnde epulum possis centum dare Pythagorais. Eft aliquid quocunque loco, quocunque receffw, Vnius fefe dominum fecife lacerta.

Plurimus bic ager moritur vigilando: fed illum Languorem peperit cibus imperfe&tus, ef herens Ardenti ftomacho. nam qua meritoria fomnum Almittunt ? magnis opibus dormitur in urbe. Inde caput morbi : rhedaruns tranfimus ar to Vicorum inflexu, & ftantis convicia mandra Eripiunt fomnun Druso, vitulisque marinis.

« PredošláPokračovať »