Obrázky na stránke
PDF
ePub

LES

SA T Y R E S

D E

JUVENAL.

SATYRE PREMIERE.

Contre les defordres de Rome.

UoY! ne feray-je jamais autre chose

qu'écouter ? Nerendray-je point la pareille , aprés avoir esté tourmenté tant de fois par la longue Theseïde de Codrus , qui s'enrous tous les jours en la recitant : Les uns m'auront-ils lacté de leurs Comedies , les autres de leurs Elegies , sans que je m'en vange? L'ennuyeux Telephus & l'Oreste , qui rem

plit jusques aux marges

d'un
gros

Volume, & qui n'est pas encore finy , quoy qu'il y ait de l'écriture sur le dos mesme du Livre, m'auront-ils fait perdre impunément les jours entiers ? Personne ne sçait mieux sa maison, que je connois presentement la Caverne de Vulcain les Montagnes d'Eolic

les courmens des Ombres condamnées par Æacus, ce que peuvent les Vents , le pays d'où Jason enleva la Toison d'or, & la force du Centaure Monichus , qui lançoit des Ormes entiers. On n'entend autre chose dans les Jardins de Fronton : les Colomnes en retentissent, & en font rompuës. Les plus petits Poëtes lisent leurs Vers avec autant de hardielle

que

les plus celebres. Y a-t-il

pas

assez long-temps que je ne suis plus sous la ferule ? Je me suis déja mellé de faire des Discours, où je perfuadois à Sylla de gouster un profond repos, & de s'éloigner des Charges de la Republique. Aujourd'huy donc que l'on rencontre par tout tant de Poëtes, ne seroit-ce pas une sorte bonté , que d'épargner un peu

un peu de papier, quand personne ne deyroit lire mon Ouvrage?

Si vous me demandez pourquoy j'ay fait choix de courir dans la lice de Lucile, ce fameux Poëte d'Auronce ; s'il vous plaist de m'entendre , je vous en diray la raison. Quoy? lorsqu'un lâche Eunuque ose se marier publi- ,

Scriptus, e o integro nec dum finitus Orestes?

Nota magis nulli domus est sua,quam mihi lucus Martis , & Æoliis vicinum rupibus antrum Vulcani. Quid agant venti, quas torqueat umbrat

Aacus : unde alius furtive devebat aurum Pellicula , quantas jaculetur Monychus ornos. Frontonis platani, convulsaque marmora clamant Semper, & afsiduo ruptæ lečtore columne. Expectes eadem à fummo , minimoque Poëta. Et nos ergo manum ferula subduximus, o nos Confilium dedimus Sylla , privatus ut altum Dormiret ? stulta est clementia, cum tot ubique Vatibus occurras, peritura parcere charta. Cur tamen hoc libeat potius decurrere

campo Perquam magnus equos Aurunca flexit alumnuss Si vacat, placidi rationem admittis, edam. Cum tener uxorem ducat fpado, Mavia Tuf

cum

Figat aprum,nuda teneat venabula mamma :et
Patricios omnes ibus cum provocet unus ,
Quotondente gravis juveni mihi barba fonabat :
Cum pars Niliacæ plebis, cum verna Canopi
Crispinus Tyrias humero revocante lacernas
Ventilet astivum digitis sudantibus aurum,
Nec sufferre queat majoris pondera gemma :
Difficile eft faryram non scribere.nam quis iniqua
Tam patiens urbis, tam ferreus, ut teneat fe?
Catfidici nova cum veniat le&tica Mathonis
Plena ipfo, & poft hunc magni delator amici.
Et cito rapturus de nobilitate comesa
Quod fupereft, quem Massa timet, quem munere

palpat
Carus, à trepido Thymele summissa Latino :
Cum te fummoveant, qui teftamenta merentur
Noftibus in cælum quos evehit optima summi
Nunc via proceffus , vetula vesica beata ?
Vncoliam Proculejus habet, fed Gillo deuncem,

quement ; quand Melvia descend sa

gorge

découverte dans l’Amphitheatre, pour combattre contre un sanglier. Aujourd'huy qu'un homme que j'ay connu Barbier, est devenu plus riche que les Patriciens , en ce fiecle , où un miserable Juif, un esclave s'habille d'écarlate , & fait enchaffer dans de l'or moins épais des diamans pour l'esté, ses doigts ne pouvant en porter la pesanteur qu'avec peine , il est bicn difficile de n'ecrire pas des Satyres.

Qui est ce qui peut souffrir avec patience les dcfordres d’une ville si corrompuë ? quel eft l'insensible , qui nie murmure point , en voyant un Avocat s'étendre à son aise dans sa magnifique litiere, & la remplir de luy seul, ou en rencontrant cet insigne denonciateur, qui par ses calomnies a détruit les plus florifsantes familles de Rome, qui se fait craindre de Massa, que Carus tâche de gagner par presens , & que la belle Thimelé visite par ordre exprés de son mari, qui craint les trahisons de ce perfide.

En ce temps, où vous estes desheriteż tout d'un

coup par des Testamens qui deviennent la recompense des commerces d'amour : Car le moyen le plus feur pour faire fortune, est de se faire aymer d'une veuve riche , & de satisfaire fa passion. Proculeius n'a esté heritier que de la douziéme part, mais Gillon a eu une donation de tout le reste. Tous deux felon la

« PredošláPokračovať »