Obrázky na stránke
PDF
ePub

honte du vice, ou qu'il fait peu de cas de nostre vertu. Mais il n'y a point d'apparence de croire

que

les Romains eussent joint toutes ces idées accessoires aux termes, qu'ils employoient pour exprimer les desordres contraires à l'honnesteté. Car

pouvons-nous juger qu’un Poëte Satyrique, qui n'épargnoit personne, qui estoit le severe Censeur de tous les defordres , 80 qui estoit plus Philosophe, que les Philofophes mesmes, fust tombé dans un deffaut aussi grossier que celuy de salir ses excellentes exhortations à la vertu par des termes infames, qui auroient marqué la corruption de son cæur , & le mépris qu'il auroit fait de ses Lecteurs.

Ainsi on peut bien fe tromper , fi on ne fait pas la difference, qui est entre les Langues : & bien que je ne l'aye remarquée ici, que pour justifier Juvenal for ce qu'on luy a reproché d'etre trop libre dans fes expressions, il sera coûjours ucile de s'en servir, pour bien juger du vray

merite des

Traductions, qui consiste bien moins à suivre mot à moc un Auteur, qu'à bien representer fa pensée. Mais fupposé que la Langue Latine ayt permis à Juvenal de parler si librement, aujourd'huy que la nostre eft fort éloi gnée de cet ufage, qu'elle est chaste, qu'elle est honneste, qu'elle ne se permet aucune liberté, on me dira

que j'ay mal traduit tous les endroits trop libres, ou que fije les

ay traduits fidelement, on doit s'abstenir de lire cetce Traduction.

En répondant à cette difficulté, je puis rendre compte en mesme

temps de la maniere, dont j'ay traduit toutes ces Satyres. J'ay eu de la grands cxemples, qui n'ont convaincu que la fidelice d'une Traduction ne confiftoit point dans une servicude literałe, dont quelques-uns fe font imposé le joug; que j'ay crû n'exprimer jamais mieux l'esprit & la pensée de mon Auteur qu'en évitant avec soin cerce basse imitacion de leurs paroles, & l'obscuse exa&ticude de ces froides, & de ces

languiffantes Traductions, que l'on ne peut enrendre

que par leur criginal, & dont on accable le monde, qui a droit de se repentir deles avoir estimées.

Ainsi bien qu'il y ayt beaucoup de choses afles difficiles dans le texte de çes Sacyres, on en trouvera neanmoins la Traduation fi ayséc , & fi éclaircie avec fort peu de changement, que

l'on auroit cort de trouver à redire que je l'aye mise en estat d'estre leuë , sans qu'il soit necessaire d'avoir recours aux Commentaires Pour ce qui est des endroits crop libres, qui ont donné l'occasion de parler de ma methode, je ne crains point que la plus scrupuleuse honnesteté en foit of. fensée. l'ay neanmoins exprimé toute la pensée du Poète, je n'en ay point caché le sens, & puis que nulle mauvaise maniere n'estoic attachée aux expressions Latines , je n’ay rien fait contre la fidelicé de la Tradu&ion, en ne les exprimant pas:

Aprés tout, j'aurois coûjours prefe

ré de faire perdre quelque chose aux traits de l'Original, plûcost que d'exposer en veuë quelque chose , qui ne fuft pas digne

de l'honnefteré de nostre fiecle.

Mais quelque foin que j'aye eu de démêler dans la suite de ma Tradu&tion les choses les plus embarrassées, il est vray neanmoins qu'il y a des Coûtumes li éloignées des nostres, des allufions à des Histoires fi anciennes, des fens si obscurs, que j'ay crû devoir adjoûter des Remarques sur chaque Saryre, que l'on trouvera à la fin du second Volume, où j'éclaircis toutes ces choses, & où je donne avis de quelques fauces, qui se sont glislées dans l'Impression, qui a esté faite avec trop de negligence.

[ocr errors]

EXTRAIT DV PRIVILEGE

du Roy.

P

Ar Grace & Privilege du Roy,

donné à Paris le 16. Janvier 1681. Signé par le Roy en son Conseil, Le PETIT; & (cellé. Il eft permis à CLAUDE BARBIN Imprimeur & Libraire à Paris, d'imprimer ou faire imprimer, vendre & debiter en tous les lieux de l'obeilsance de la Majesté, un Livre intitulé Traduction nouvelle des Şaryres de Juvenal & de Perse, par le Sieur. De LA VALTERIE, durant le temps & espace de fix années consecutives; Avec deffenses à toutes personnes de quelque qualité & condition qu'elles soient, de l'imprimer , ou faire imprimer vendre ni debiter sous quelque pretexte que ce puisse estre, & cependant le temps desdites lix an

« PredošláPokračovať »