Obrázky na stránke
PDF
ePub

Hic, ubi nocturna Numa constituebat amice.
Nunc facri fontis nemus, o delubra locantur
Judais : quorum cophinus , fænumque fupellex.
Omnis enim populo mercedem pendere jufa eft
Arbor, & eje&tis mendicat Sylva Camænis.
In vallem Egerie defcendimus, & fpeluncas
Dissimiles veris. quanto prastantiw effet
Numen aque, viridi si margine clanderet undas
Herba, nec ingenuum violarent marmora to-

phum
Hinc tunc Vmbricius : Quanto artibus, in-

quis, honeftis

Nullus in urbe locus, nulla emolumenta la

borum, Res hodie minor eft, heri quam fuit, atque eadem

Cras

Deteret exiguis aliquid: proponimus illuc
Ire, fatigat as ubi Dadalus exuit alas:

[ocr errors]

Dum nova canities,dum prima, & re&ta fene&tus, Dum fupereft Lachesi quod torqueat, & pedi

bass me

Porto meis, nullo dextram fubeunte bacillo.
Cedamuspatria: vivant Arturius istic,
Et Cutulus: mane ant qui nigra in candida ver-

tunt

Queis facile eft adě conducere, flumina, portus, Siccandam eluviem , portandum ad busta cada

VOT,

Et prabere caput domina venale sub hasta.

Quondam hi cornicines, co municipalis arena Perpetui comites, note que per oppida bucca, Munera nunc edunt, & verso pollice vulgi

Quemlibet occidunt populariter: inde reversi Concudunt foricas. Et cur non omnia: cum fint

Qualeis ex bumili magna ad faftigia rerum Extollit, quoties voluit fortuna jocari? Quid Roma faciam ? mentiri nescio, librum,

mieres années de ma vieilletle, que mes forces ne sont point encore abbatuës, qu'il reste à la parque, dequoy filer pour moy, & que mes pieds peuvent me soutenir sans le secours d'un baston, j'abandonne cette ingrate ville : qu'Arturius , & que Catulle y vivent avec ceux de qui par leur flaterie font passer les crimes pour de grandes vertus, avec ceux qui entrent dans les affaires , qui entreprennent des ouvrages publics , qui afferment les ports, les passages, & le nettoiement des boües, & qui ont la charge de vendre à l'encan les esclaves.

Je les ay veusautrefois qu'ils estoient joueurs de flutes, on les voioit dans les petites villes, aux combats des Gladiateurs, & on les cona noisloit aux grimaces qu'ils faisoient en son. nant de la Trompette. Aprés avoir acquis des richesses en ces belles occupations , ils donnent aujourd'huy des {pe&acles au peuple, & exposent avec l'applaudissement de Rome ceux qu'il leur plaist, aux perils de l'amphitheatro ensuite ils viennent traiter du nettoyement des endroits publics. Mais pourquoy

n'auroientils point recours à des profits fi infames; puisque la fortune les tire de la bouë , pour les elever aux plus hautes dignitez , pour se mocquer de nous, & rire de nostre vanité.

Que ferois-je donc à Rome,je ne sçay ny mentir ny dissimuler,je ne puis donner des louanges à un mauvais ouvrage pour feindre que je l'esti

me, je ne sçaurois le demander avec empressement; je ne penetre point dans les secréts de l'advenir par la connoissance des Aftres ; je ne veux ny ne puis Aater l'esperance des enfans sur la mort de leurs peres : Je n'ay point appris à consulter les entrailles des grenouilles, je laisse à d'autres à porter les presens, & les lettres de la part des amants. Je ne suis point propre à tromper personne, ny à ayder à tromper. Je ne puis m'assujettir à estre toujours auprés des grands, comme si je n'avois rien autre chose à faire, & que je n'eusse point de bras.

Voulez vous eftre consideré, il faur entrer dans les intrigues du monde, il faut penetrer les secrets, & connoistre tout ce qu'il y a de caché. N'attendés jamais ny faveur ny recompense de ceux auxquels vous ne connoissez

que du merite, Verrés ne menage que ceux qui peuvent l'accuser & la convaincre de ces larcins. Ah! cher amy ne fais jamais tant de cas de l'or que le Tage roule dans ses profondes caux, & qu'il porte dans la Mer, que tu en perdes le sommeil & le

manger,

& n'affecte point d'estre redoutable à un amy puissant & criminel.

Mais veux-tu que je t'advouë , qui sont ceux que je fuis , quoyqu'ils soient aujourd'huy fort bien auprés de tous les grands. A le dire franchement, je ne puis

souffrir

que

Rome

Si malus eft, nequco laudare, pofcere : motus
Aftrorum ignoro: funus promittere patris
Nec volo, nec poffumiranarum vifcera nunquam
Inspexi, ferre ad nuptam que

mittit adulter,
Qua mandat, norint alii: me nemo,ministro
Fur erit, atque ideo nulli comes exeo , tanquam
Mancus, & extinte corpus non utile dextra.
Quis non diligitur nisi conscius, & cui fervens
Astuat occultis animus, femperque tacendis ?
Nil tibife debere putat,nil conferet unquam;
Participem qui te fecreti fecit honesti.
Carus erit Verri, qui Verrem tempore, quo vult,
Accufare poteft. tanti tibi non fit opaci
Omnis arena Tagi, quodque in mare volvitur

Agrum ,

Vt fomno careas, ponendaque premia sumas
Triftis, do à magno semper timearis amico.

Qua nunc divitibus gens acceptissima noftris,
Et quos precipuè fugiam, properabo fateri,
Nec pudor obftabit. Non poffum ferro, Quirites;

« PredošláPokračovať »