Obrázky na stránke
PDF
ePub

la loy,

des

que d'être subjec à souffrir les mépris,&les raillerics. Cette place n'est pas pour vous,

dit-on à un homme mal-vestu. Ne pretendés pas d'être assis parmy les Chevaliers, puisque vous n'avez

pas
les biens prescrits par

, pour tenir ce rang. Ces places sont

pour

les enfans des affranchis, pour

gens qui n'ont aucune naissance pour des joueurs & Trompettes, Gladiateurs. Il a pleu a Othon de l'ordonner par la Loy qui a establi l'honneur dans les ri, chesses.

UnPere dans le choix d'un gendre, prefere t'il la vertu à la fortune, & ne refuse-t-il pas celuy qui n'a pas tant de bien,

1, que

sa fille ? Quel exemple avons-nous qu'un pauvre ait esté in. stitué heritier par Testament, quel juge s'est jamais servy de son conseil , Peuples qui essayâtes autrefois de vous affranchir de la tyrannie des Riches, vous deviés deflors vous en separer pour jamais. Celuy dont la vertu eft captive sous les rigueurs de la necessité, ne peut presque s'elever. Mais dans Rome principalement il faut qu'il fasse de grands efforts, car un miserable logement, le service mal-a droit de quelque esclave affamé, gre, ne laiffent

pas de leur couter beaucoup, & de les cpuiser bientoft, on ne peut plus sans honte fe fervir de vases de terre Quiconque ncanmoins sçait se retirer de Rome, & vivre à la Campagne, ou il se contente d'une cable

un repas

fort mai

Nil habet infelix paupertas durius in se,
Quam quod ridiculos homines facit. Excut,

inquit,
Si pudor eft, of de pulvino surgat equestri,
Cujus res legi non fufficit, & fedeant hic
Lenonum pueri quocunque in fornice nati.
Hic plandat nitidi praconis filius inter
Pinnirapi cultos juvenes, juvenesque laniste.
Sic libitum vano, qui nos diftinxit, Othoni.

Quis gener hic placuit censu minor, atque puella Sarcinulisimpar? quis pamperfcribitur hares? Quando in confilio eft Ædilibus ? agmine facto Debuerant olim tenues migraffe Quirites. Haud facile emergunt, quorum virtutibus ob.

stat Res angusta domi. Sed Roma durior illis Conatus: magno hofpitium miferabile, magno Servorum ventres, frugicærula magno. Fidtilibus cænare pudet, quod turpe negavit Translatus fubito ad Marfos, menfamque São

bellam,

[ocr errors]

Contentusque illic Veneto,duroque cucullo.
Pars magna Italia est, so verò admittimus, in qua
Nemo togam sumit, nisi mortuus. ipfa dierum
Festorum, berboso colitur si quando theatro
Majestas, tandemque redit ad pulpita notum
Exodium, cùm persona pallentis hiatum
In gremio matris formidat rusticus infans.
Æqualeis habitus illic, fimilemque videbis
Orchestram, & populum : clari velamen honoris,
Sufficiunt tunica summis ædilibus alba.
Hic ultrà vires habitus nitor : hic aliquid plus,

Quam fatis eft, interdum aliena sumitur arca: Commune id vitium est: Hic vivimus ambitiofa Paupertate omnes quid te moror? Omnia Roma Cum pretio.quid das, ut Coffum aliquando la

lutes ? Vt te refpiciat claufo Vejente labello? Ille metit barbam, crinem hic deponit amati : Plena domus libis venalibus, accipes & illud Fermentum tibi habe, prastare tributa clientes

frugale, & d'un habit grossier, ne croit point
que la gloire consiste à manger dans des plats
d'a
argent, ny

à eftre bien yestu. Il faut mesme advouer qu'en la plus grande partie d'Italic l'on ne void perfonne paré, finon quand on le porte sur le bucher. Dans les petites villes aux jours des festes si on veut donner au Peuple le divertissement de quelque Comedie déja re. presentée mille fois où les Acteurs couvers de Masques pales & hideux donnent de la crainte aux enfans

qui

le cachent dans le fein de leurs meres, on eleve un Theatre de gazons couvert de rameaux & là les habits font femblables & les places communes à tous indifferement ,

les #diles mesmes, ne font couverës que de robbes de l'in , comme les autres spectateurs, icy tout au contraire il faut de la magnificence , dont le prix excede noftre pouvoir', & pour satisfaire à la vanité, il faut emprunter de toutes parts. Nous sommes fiers dans nostre pauvreté, & fans mesurer ce

que

l'on entreprend au delà de les forces.

Que veux-tu que j'adjouste: Tout fe venta Rome; n'espere point l'entrée chez Cossus, qu'en payant. Que donneras-tu, pour estre regardé de Vejenton, sans qu'il defferre fculcment les levres pour te parler ? Lorsque nos Maistres offrent leur poil, ou les cheveux de leurs favoris sur quelque Autel, il faut que nous remplissions leurs maisons de gasteaux

peut, on

[ocr errors]

au

qu'ils revendent, & dont ils leur donnent le prix.

Le sejour de la Campagne est exempt de toutes ces incommoditez. Lequel des Cycoiens de Preneste toujours fraiche par l'abondance des eaux, qui l'arrosent : de Vullinie allisesur les Montagnes de l'Etruric couvertes de fi bel. les forests, de Tivoli, basty sur le penchant d'une agreable colline , qui apprehende la cheutre de la maison, lieu

que

dans Rome nous n'en occupons que d'incommodes, & qui n'ont que de foibles pilliers qui les empeschent de tomber. Car ce n'est qu'en reparant les ouvertures qui sont de tous costez, que l'on diffe. re leur ruine, & que

l'on nous dit que nous pouvons y dormir en seureté, Cherchons plû. toft à passer nostre vie en des lieux escarcés, où la crainte du feu & des autres accidens ne puif. fent troubler nostre sommcil pendant la nuir.

Il me semble que dans cette confusion de Ro. me j'entends toujours un voisin qui crie au feu, au secours, & à l'eau, il fauve ses meubles, il m'appelle & s'escrie: amis,le feu gaigne le tro sième estage , & tu ne t'en apperçois pas , ne vois tu point qu'il sera bien tost a toy , cap s'estant pris aux logemens d'en bas , il ne tardera gucre à porter ses flammes jusqu'aux gre. niers, que la couverture seule defend des in. jures de l'air,& qui est le logement ordinaire de nous autres, & des Pigeons,

Codrus

.

« PredošláPokračovať »