Obrázky na stránke
PDF
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

VI. Sarvnr or ]uvnxAt.Í 76 т: mieux une Boutgeotfe que vous mefme Cornelie mere des Gracches, fi avec tant de vertus, qui font dans voûte famille. Vous avés de fa fierté , que vous me regardiés avec mépris, 8c Б pour voûte dot,vous me parlés inceffamment des triomphes de vos ayeuls. Reprenés , je vous prie , vos viůoires domeûiques , allés où il vous plaira, avec vôtre Hannibal , voûte Syphax , vaincu dans fon camp ‚ 8С voûte Carthage.

Il me fouvienr d’Amphion , qui s’écrie en vain. Divin Apollon, quittés vos iiéches. Epargnés mes enfans. Ils ne vous ont point offenfe’. Сей leur mere qui eû coupable. Mais Apollon bande fon arc. Il en frappa tous les enfans d’Amphiou ‚ qui petit luy -mefme, confumé de regret 8e de douleur. L’orgueil dela fiere Niobe' , fut la calife de tous ces mal- heurt , s’eûant preferé: ё Apollon б: ё Diane. éc s'étanr vantée de fa fecondiré.

D’ail1eurs , quelle vertu, quelle beauté merire qu"une femme prenne toûjours quelque avantage fur toy? ‹

La joiiiílance du plus grand 6: да plus extraordinaire de tous les biens peut-elle eûre agreable, lors que le dédain , 8C le mépris d’un efprit fier, y mêle plus d’amertume qu’il n’y a de douceur. le dis bien davantage. Le plus pailionné des amants , qui éleve jufqu’au Ciel celle ЧМ! ayme , en eû bien­toû

N ш;

[ocr errors]

ference, pour ne pas dire de l’averlion 8: de la haine.

11 y ad’auttes fujets де dégoûts , qui ne paroîlfcnt pas grands , mais qui ne lailfent pas d’ellte infupportables ё де5 marys. Car, y a-t­il rien de plus incommode, que de voir qu’elles n’elliment point ellre alles belles, li elles n’ont toutes les modes etrangeres, 8: li ellant d`ltalie ‚ elles ne рам: pour ellre Atheniennes: elles ne s’expliquent qu’en Grec, bien quïlfoitbeaucoup plus honteux de parlct mal Га langue. Mais с’ей еп Grec qu’elles craignent. C’cll en Athenien ur , qu’elles querellent , qu’elles rient , qu’e les difent tous leurs fecrets. En un mot, c’ell ё la Greque qu’elles s’abandonnent ё l’a'mour.

Peut­ellre ue ces affeëlations trouvent quelque forte dexcufe en la jeunelfe. Mais toy, vieille, qui as vû couler le nombre de quatre vingt années , tu flattes encore tes Amants; il ne lied guercs ё ппе femme, quia les cheveux blancs , de les appeller ta vie , 8: ton ame , fans honte, 8: en public , comme li tu ellois encore feule avec eux. Car, qui ellce qui relifle aux charmes d’un langage lla. reurîll aautant de force, que les carelfes les

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PredošláPokračovať »