Obrázky na stránke
PDF
ePub

Plus aloës, quàm mellis habet. quis deditus

autem

usque adeo eft, ut non illam, quam laudibus

effere Horreat ? inque dies septenis oderit horis ? Quedam parva quidem, fed non toleranda ma

ritis. Nam quid rancidius, quàm quod se

quod fe non putat ulla Formosam, nisi qua de Thufca Gracula fa&ta

eft? De Sulmonensi mera Cecropis ? omnia Grace, Cum fit turpe magis noftris nescire Latine. Hoc fermone pavent, hoc iram, gaudia, curas? Hoc cun&ta effundunt animi secreta. quid ultra, Concumbunt Grecè, donec tamen ifta puellis : Tunc etiam, quam fextus & o&togefimus annus Pulsar, adhuc Græcè ? non eft hic fermo pudicus In vetula, quoties lafcivum intervenit illud,

modò sub lodice reli&tis Vteris in turba. quod enim non excitat inguen S Vox blanda & uequam? digitos habet: ut ta

men omnes

Subsident penna ? dicas hec mollius Æmo,

Quanquam & Carpophoro, facies tua computat

annos.

Si tibi legitimis pačtam, junétamque tabellis
Non es amaturus, ducendi nulla videtur
Causa, nec est quare conam & mustacea perdas
Labente officio crudis donanda , nec illud,
Quod prima pro nočte datur, cum lance beata

Dacicus, fcripto radiat Germanicus auro.

Si tibi fimplicitas uxoria: deditus uni

parata

Eft animus , submitte caput cervice
Ferre jugum , nullam invenies, que parcat a-

manti,
Ardeat ipsa licet , tormentis gaudet amantis,
Et spoliis. igitur longe minus utilis illi
Vxor, quisquis erit bonus, optandusque marie

tus

..

Nil unquam invita danabis conjuge : vendes
Hac obstante nihil, nihil hæc fi nolit , emetur.
Hec dabit affectus : ille excludetur amicus

:

mon cher

Ce n'est pas que ton visage n'avertisse fidellement tes Amans du nombre de tes années, bien que tu leurs parles avec plus de douceur, & d'un ton de voix plus tendre & plus affecté que nos plus habiles Comediens. Je reviens à

toy

maintenant Posthume! pour te dire que celle que tu pretens épouser, te sera chere, ou non. Si tu ne l'aimes pas, quelle raison t'oblige à la prendre, que sert-il de perdre un festin , & ce vin excellent que l'on a coûtume de donner, lors que l'on commence à se lever de table. Pourquoy feras-tu un present à con épouse, où l'on voit éclater la figure du Prince , ayec les titres de ses victoires?

Si tu l'aimes, baisse la teste , & prepare toy à supporter le joug de fa tyrannie; car il n'y a point de femme qui n'abuse du pouvoir qu'elles ont sur leurs Amants : bien qu'elles sentent les ardeurs d'un mesme feu , elles ne se plaisent neantmoins qu'à faire souffrir, & à piller ceux qui les ayment; de forte

que

Ic mariage est encore moins utile à ceux qui ont de la complaisance & de l'honnesteté. Si une femme te connoist d'une humeur aysée, quand tu voudras une chose, c'est justement celle qui ne luy plaira point. Si elle ne veut point que tu donnes , tu n'oseras faire la moindre liberalité. Si tu veux vendre, elle s'y opposera: si elle ne le veut pas , tu n'acheteras rien.

Ce sera elle-mesme , qui sera la maistresse , & qui ordonnera ce qu'il luy plaira. Tu n'auras aucune passion, que par elle. Le plus ancien de tes amis, & qui l'a efté de route ta maison dés sa jeunesse sera chassé. Les Comediens , les Gladiateurs, les Athletes ont la li. berré de choisir des heritiers. C'est elle qui t'en choisira , & quite fera donner ton bien à quelques uns de tes rivaux. Souvent par un nouveau caprice elle te dira : je veux que tu face pendre cet esclave Qu'a-t-il fait, répondras-tu , quel est son crime? qui l'a dénoncé? où sont les témoins ? Prenez garde, je vous prie, que l'on ne doit

pas

condamner à mort avec precipitation , & que lors qu'il s'agit de la vie d'un homme, la deliberation n'est jamais trop longue. Mais elle se faschera contre toy. Un Esclave , dira-t-elle, merite-t-il que vous me refufiez ? Je demeure d'accord, qu'il n'a rien fait ; mais je veux qu'il soit puny. Je vous l'ordonne. Faut-il une autre raison, pour vous y obliger , que ma volonté?

C'est ainsi qu'elle commande. Mais cette ficre Maîtresse s'ennuyera bien tost de ta maison,où elle regne avec rant de hauteur,& rompra dans peu de jours ce voile destiné à couvrir la

pudeur des nouvelles Epouses. Aprés elle quittera encore son second mary, & par une inconstante legereté, elle voudra revenir à toy. Elle change aina de maison, & elle en sort li lou,

fam fenior, cujus barbam tuajanna vidit, Teftandi cum sit lenonibus, atque lanistis Libertas , & juris idem contingut arena.

Non unus tibi rivalis diftabitur hares.

Pone crucem fervo, meruit quo crimine fervus

:

Supplicium ? quis teftis adeft ? quis detulit ? audi, Nulla unquam de morte hominis cunctatio

longa est. O demens, ita feruus homo eft ? nil fecerit, esto. Hoc volo, sic jubeo, sit pro

ratione voluntas. Imperat ergo viro : fed mox bec regna relinquit, Permutatque domos, á flammea conterit: inde Advolat, 6 Spreti repetit vestigia leéti, Ornatas panlò ante fores, pendentia liquit Vela domus , adbuc virides in limine ramos. Sic crescit numerus, fic fiunt oéto mariti, Quinque per autumnos: titulo res digna sepuls chri.

« PredošláPokračovať »