Obrázky na stránke
PDF
[ocr errors]

rc , eûant capables de donner des leçons а. Celfe ‚ quelque habile qu’il (oit. Qui eli- ce

_qui ne fçait pas qu’elles s’habillent de robes

e pourpre , 8: qu’elles fe frottent de ces onguens, qui ne font propres qu’aux Athletes? ода eß;­ce , qui ne void pas les coups qu’elles portent contre un pieu planté au milieu du Cirque? Elles l’attaquent avec toutes les de’marches 8: les mefures de l'art , meritant bien de s’exercer â la courfe , aux jeux de la Deef­ fc Flora; li ce n'e(t qu’elles ayent une penfée plus hardie, 8: qu’elles veuillent combattre tout de bon dans Farnphitheatre. Car quelle pudeur fe doit- on promettre d’une femme armée , qui fuit la modeiiie de fon fexe; elles ont beaucoup d’arnour pour nos exercices; mais elles ne voudroient pas pourtant le changer, Car enñn le nofireabien moins де plaifits. Mais, quel agreable fpeötaclc , ii dans les meubles de ra femme, on cxpofoit en vente fon baudrier , fes gantelets , ies plu. mes, 8: les demies talfettes dont elle couvroir la cuiffe gauche qu’elle prefentoit aux coups de fori ennemy , ou fes autres armesì Serbistu pas fort heureux , en la voyant vendre ju Г. ques à des bottes. Mavcrit

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

VI. SATYRB ne Inverlat. 8;

Се font-elles neamnoins , qui fe plaignent dela chaleur, qnoy qu'elles n`ayenr qu’nne robe fottdéliée; une legere eûoffe de foye les. e'chaulfe , 8: les inconimode.

Cependant ‚ regarde avec quelle hardieífe elles portent des coups , combien elles reliйспг al la pefanteur де leurs armes , avec quelIC adtelïe elles fe foulliennent , en baillantla гейе pont éviter les atteintes де leurs ennemis , Se enfin combien elles font chargées des replis de leurs robbes rctrouífées. Et aprés les avoir veuës en eet ейас, qui ne tiroir де les voir reprendre leurs habits de femmes? Dites~nous maintenant, petites Elles des Lepides, des Metelles, des Fabius, Ii jamais Comedienne {ей déguifée де la fotte, & li jamais la femme du Gladiateur Afyle a plus (сайт dans tous les combats de l'Amphy, theatre.

Mais il y a шарм: quelques nouveaux fujets de chagrin dans le mariage. On ne peut dormir en repos auprés dune femme. Dans le temps mefme qu’elle ей inñdelle â fon mary, qu’elle ей dans un commerce fecret avec fon amant ‚ elle ей pire qu’une tygtelfe. Elle hait fes Efelaves; elle fe plaint que fon mary a des Maiůrelles. Elle a des larmes де commande , qui coulent, quandil luy plaiů. Son mary croit que се fonc des larmes de tendreíle. Le pauvre Sot ей rmt

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
« PredošláPokračovať »