Obrázky na stránke
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

munt. Vnde bec monjlra rame”, 'vel que de fonte re-z quiris 2

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

VI.SA'rYRri>t Iuvruati 34 cies ё 1а peine, Annibal campe prés de Ro. me , les Romains faifanr une garde continuelle fur leurs murailles, challoient loin d’elles Atous les vices. Maintenant nouslbulfrons les defordres qui nailfent de l’abondance 8: d'une longue paix. La volupté plus puilfante que les armes de nos Ennemis nous acca'ble. 8: vange l'Univers , que nous avons vaincu par nollre courage. Il n’y a plus de crime; il n’y aplus de defordre, que l’amour l’intr0duife, depuis que Rome n’ell plus pauvre. Nous avons fait pallet “(Часа ё nous la molelfe des Sybarites. de Rhodes, de Milet, 8: toutes les delices de Tarenre, avec le honteux “(еде де l'argent des Ellrangers', nous avons pris la corruption de leurs mœurs; б: les richell`es, 8: le luxe,onr affoibly la vertu des Romains.

_En effet , y a­t­i1 quelque chole qui retienne aujoutd’huy les femmes dans leur devoir , particulierement dans le vin? Elles ne connoillent plus quelle difference il y a entre la raifon 8:'les fens. Elles Ранг“: les nuits ё manger ce qu’ily a de plus propre à leur don‚рек ип plus grand fentiment du plailir. Elles mellent l’odeur du vin avec celle de leurs parlïlms. Elles boivent enfin dans de й grands vales, qu’elles ctoyent que tout tourne dans la rnaifon, 8: qu’elles voyeur tout double fut

la table.

$5 VI. SATYRE De ]uveNAL.`

Doure , doute maintenant des railleries де Tullia. Doute де се que dit Collacie al Maura, lors qu’elle pa{I`e devant le Temple ancien de l’.Honne[ìete'­ С’ей -là qu’elles prennent рыб: де s’aflembler. Il n’y а rien qu’elles ne s’y permettent , prophananr mel; me par mille indignités la Statue' dc la Deelfe , 8: у lailfant les marques honteufes de leurs infamies , que leurs marys peuvent bien voir, lors qu’ils vont le matin aux viíites de leurs amys. — Qij ne fçait , quelles font les horreurs des Sacriñces fecrets de la Bonne­Deefle, ou les flûtes les excitent àl’amour. Là ees Furieufes , ayant les cheveux épars , ейапг échanffées du vin , 8: animées du fon des Hûtes , font entendre par tout leurs cris. De quelles ardents ne brûlent- elles pas en ce moment 5 8: quels emportemens; quels difcours!

Autresfois une couronne d’or elloitle prix де l’innOcence; mais maintenant Saufea pto.. pofe la même recompenfe à la plus (gavanre dans les fecrets amoureux. Elle appelle hardiment au combat celles qui par des exercices continuels ,> ont appris mille chofes que les plus débauchées ignorent. Elles ne font plus conliiler leur gloire dans leur naiffance; mais dans l’excés de lenrdebauche. ll n’y a rien de different de ce qu'elle.s commet` troient avec leurs Amants. Les plus agés ne

I nunc

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PredošláPokračovať »