Obrázky na stránke
PDF
[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

n’auroient point allez de fageíïe, pour n'e{tre pas touchésde lesvoir dans Гейаг où elles fe mettent. Celle qui a le moins de pudeur , ей 1а plus eílimée. La femme de Claudius y merite le prix. Сей elle , qui fur le rapport de Laufelle , fçait mieux toutes les delicatelles de la plus honteufe débauche. Сей ainli, que dans le Temple de la DeeI'{`e où elles font enfermées, elles s’enHamment à l`amour. Mais aprés s’eílre allumés de cette forte ‚ les plaiíirs d'el’tre enfemble , ne peuvent plus les fatisfaire. On n'entend plus que des cris infames dans cette caverne.` Il n’y en a pas une, qui ne delire que l’on ouvre la porte, Se que l’on falle entrer des hommes.Elles appellent les premiers qui fe prefentent: fi elles n’ont point leurs Amants , elles ont recours ai des Efclaves; Ii cette efperance leur ей encore ойёе , оп ira chercher des porteurs d’eau; mais s’1`ls fe font attendre, il n’y a point d’extremitez où elles ne s’abandonnent.

Du moins, li le refpeöt quel'on doit aux ¿ceremonies anciennes, ё: fi la fainteté des facrifices n’e[`toit point profanée par ces excès; mais les Maures, les Indiens , tout le monde fçait bien quelle ей cette chanteufe , ou pour parler fans déguifement , quel ей cet homme qui ofc entrer en ce lieulifaint , qu’on lecroi.

[ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]
« PredošláPokračovať »