Obrázky na stránke
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

VIII. SATYLE De IuveNAL: 136 51 nous vivious en un temps où il fur permis де dire ce que l’on penfe, у auroit il quel. ques uns alI'és aveugles , pour ne voit pas que Seneque a eu plus de veritable gloire que Neron , qui a merité tant de fois le fupplice dés parricides? ' Il ей vray que le fils d'Agarnemnon tua Ctitemneůre fa mere:Mais le fujet rend la chofe bien differente. Il vangeoir par l’ordre cles Dieux la mort de fon pere, égorgé dans un felltin, D’ailleurs, il ne foiiilla point fes mains du fang d’Ele&re fa fœut. Il ne répandit point celuy d’I­Iermonie fa femme. Il n’empoi{`onnoir pas fes plus proches parens. Enfin, il п’: jamais chanté fur un Theatre. 1ln’a point mis le feu à fa parrie , pour faire la defcription d’un embrafement. О cruelle extravagance, que Virginius , Vindex, 8c Galba , ont eu- raifon de punir! '~ Car, у ауо1г‹11 rien де plus indigne dans toute la vie de Netou, que de fe faire voir (ur un Theatre dans une Troupe de Comediens étrangers, «SC d’y rechercher la gloire , дейге couronné d’Ache` , pour le prix d’y avoir

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PredošláPokračovať »