Obrázky na stránke
PDF
ePub

me disoit. C'est ainti que plusieurs femmes restent avec leurs maris, sans faire de divorce. De quel costé iras.tu; par

peux tu commencer, ou finir, ce que tu veux répondre?

Quoy, ingrat, n'advoüeras tu pas que c'est par moy que tu as un fils, & une fille , que tu me dois le plaisir que tu as de les élever, & de faire écrire leurs noms dans les registres publics! Mets hardiment à l'entrée de ta maison des Couronnes de Fleurs ; je t'ay fait pas re, & je c’ay donné de quoy te mettre à couyert de la médisance. Je c'ay rendu capable des successions. Enfin, li je remplis le nombre, li je vas jusqu'au troisiéme, ie te mets en poffeflion de tous les advantages que les Loix accordent.

Ah, mon cher Nevole, tes plaintes sont iudes ! Mais, que dit: il ? Que peut - il répondre?

Il me laisse, & cherche quelqu'autre, qui luy serve d'asne. Mais ie ne voudrois pas en avoir parlé à un autre. Je te prie, mon cher Juvenal, de ne publier point, ce que ie ne dis qu'à toy seul. Car, l'inimitié de cette forte de gens est à craindre ; aprés vous avoir fait part de leurs secrets, ils vous craignent', ils vous haïssent, ils voudroient vous perdre, parce qu'ils croïent que vous publies tout ce que vous sçavés de leurs desordres: Il me feroit briser de coups de bâton. Il me:

Instabile

lum,

Instabile, ac dirimi cæptum, & jam pane folutum Conjugium in multis domibus fervavit adnlier. 5 Quote circumagas? que prima, aut ult:ma

pon as ? Nullum ergo meritam eft ingrate ac perfide! nulQuod tibi filiolus, vel filia nafcitur ex mi? Tollis enim, & libris actorum spargere gandes Argumenta viri. foribus fufjende coronas, Jam pater es: dedimus quod fama opponere possis. Jura parentis habes. propter me scriberis heres, Legatum omne capis, nec non & dulce caducum. Commoda præterea junguntur multa caducis, Și numerum , fi tres implevero. P. Tusta deloris Nevole caufa tui. contra tamen ille quid affert? N. Negligit , atque alium bipedem fibi quarit

afellum. Hæc foli commisa tibi celare memento , Et tacitus noftras intra te fige querelas. Nam res mortifera est inimicus pumice levis. Qui modo secretum commiserat,ardet,& odit, Tanquam prodiderim quicquid scio : fumere ferrum,

Bb

candelam apponere

Fuste aperire caput, candelam valvis
Non dubitar, nec contemnas, aut defpicias , quòd
His opibus nunquam cara eft annona veneni.
Ergo
occulta

tege!, ut curia Martis Athenis. PO Corydon, Corydon! secretum divitis ullum

putas a servi ut taceant , jumenta loquen

Effe putas?

tur ,

Et canis, & poftes , & marmora : clande fene

stras, Vela tegant rimas, junge ostia , tollito lumen G E medio , clament omnes , prope nemo re

cumbat : Quod tamen ad cantum galli facit ille fecundi; Proximus ante diem caupo sciet, audiet & que Finxerunt pariter librarius, archimagiri, Carptores. guod enim dubitant componere cris

men

In dominos queries rumoribus ulciscuntur
Balthea? nec deerii qui perte compita querat
Nolentem, á miseram vinosuw inebriet aurem.
Illos ergo roges quicquid paulo ante petebas
A nobis, taceant ill. ; fed prodere malunt

feroit assasiner. Il bruseroit luy- mesme ma maison. Ce n'est

pas

mesme une chose à nes gliger , que de craindre qu'ils ne se vangent par le poison. Ils ne craignent point d'employer leur bien à en faire provision , quand il seroit plus rare & plus cher qu'il n'est aujourd'huy. Garde moy donc inviolablement le secret, comme si tu estois un des Areopagites d'Athenes.

O mon cher Nevole! tu és donc plus fol quc Corydon. Crois tu que la vie des Grands soit inconnuë : Si leurs Esclaves n'en par. loient pas , les chevaux, les chiens, la porte, les murailles en parleroient. Ils ont beau fer. mec leurs fenestres, mettre des rideaux de. vant les ouvertures de leurs portes, ofter la lumiere , s'éloigner du bruit, & du monde,

Il est vray neanmoins que ce qui se sera pas. sé dans la maison au second chant du coq, se. rasceu ayant le jour. Au premier cabaret, oa ysçaura encore les choses que les principaux Esclaves auront ajoûtées. Le Maistre d'Hô tel, le Cuisinier , celuy qui distribuë les ou vrages parleront. Car, que ne difint-ils

pas de leurs Maistres pour s'en vanger ? Il y en aura qui vous arresteront mesmes dans les ruës, & qui vous enyvreront les oreilles de ces contes. C'est à eux à qui tu te dois adresser, pour obtenir le secret , que tu me demandois. C'est à eux à se taire : Mais ils aiment mieux parler,

que de boire le vin qu'ils ont dérobé, & dont ils boiroient autant, que Laufelle fait aux Sacrifices. Il faut pour beaucoup de raifons mener une vie sans reproche; mais principalement pour mépriser tout ce que peu. vent dire des domeAiques : Car leur langue est extrémement dangereuse , & le Maistre est moins heureux que l'Esclave , lorsqu'il dépend de ceux, qui ne subsistent que dų pain, & que de l'argent, qu'il leur donne.

Je prens pour moy cet avis de se mettre au deffus de toutes les médisances de ses Elclaves, quoy qu'il soit bon pour tout le monde. Mais que dois-je faire aprés la perte

de tant de temps, & de toutes mes esperances? Car je sens que la plus belle saison de ma vie s'écoule, que le nombre trop court de mes jours diminui, que i'ay consommé inutilement mon âge en festins, & en intrigues, à me parfumer & à me parer, & que la vieillessc, qui nous suit pas pas ,

s'empare peu à peu de moy.

Ne crains rien , luy dis-ie , cu auras toûiours assés de tels amis, tant que Rome sera. Ceux qui ayment les plaisirs y abordent de toutes parts & par terre & par mer, tout n'eft pas encore perdu pour vous. Ayés soin sculement de vostre Tanté, & mangés souvert des truffes & des champignons.

Donnés ces adyis replique Nevole,

à

« PredošláPokračovať »