Obrázky na stránke
PDF
ePub

Arcanum , quam subrepti potare Palerni ,
Pro populo faciens quantum Sanfeia bibebat.
Vivendum recte est, cum propter plurima ;

tunc his

:

Præcipuè caullis, ut linguas mancipiorum Contemnas : nam lingua mali pars pessima

fervi. Deterior tamen hic, qui.liber non erit, illis

Quorum animas & farre fuo custodit, & are? N. Idcirco ut possim linguam contemnere fervi, Utile consilium modo, fed commune dedisti: Nunc mihi quid suades poft damnum temporis,

& fpes Deceptas? festinat enim decurrere velox 1 o sculus anguftæ miseræque breviflima vitæ Portio: dam bibimus, dum serta , unguenta,

puellas Poscimus, obrepit non intellecta senectus. P. Ne trepida, nunquam pathicus tibi deerit

amicus Stantibus falvis his colibas , undique ad illos Conveniunt carpentis, navibus omnes,

Qui digito faalpant uno caput. altera major Spes fupereft, rutantum Erucis imprime dentem.

N. Hec exempla para felicibus: at mea Clotho,
Er Lachesis gaudent, fi pafcitur inguine venter,
O parvi, noftrique lares, quos thure minuto
Aut farve, & tenui foleo exornare corona!
Quando ego figam aliquid, quo fit mihi tuta for

nectus
A tegete & baculo? viginti millia fænus
Pignoribus pofitis, argenti vasculapuri,
Sed qua Fubricius cenfor notet, & duo fortes
Degrege Mæforum, qui me cervice locata
Securum jubeant clamofo infiftere Circo.
Sit mihi praterea curuus calator, alter

Qui multas facies pingat cito, fufficient hac.
Quando ego pauper ero, votum miferabile, nec

His faltem : nam cum pro me fortuna rogatur,
Affixit ceras illa de nave petitas,
Qua Siculos cantus effugit remige surdo.

Finis nona Satyra.

fi ie puis

bon argent,

å un plus heureux que moy. Les Parques croyent que

c'eft alles

pour moy, vivre comme j'ay vescu. O Dieux qui presidés à ma petite fortune , ausquels je presente tout ce que je puis, quand me verray-je en un eftat , où ma vieillesse sera à couvert des besoins de la vie, où j'auray seulement vingt mil sesterces , que je presteray à interest, sous de bons gages, où je me verray des vases de

à l'épreuve du Censeur Fabritius , où je pourray entretenir deux Esclaves, qui me portent sur leurs épaules, dans le Cirque & deux autres encore , dont l'un foit un Graveur sçavant, courbé continuellement sur son travail, & l'autre un Peintre habile, qui [cache faire beaucoup de Portraits en peu de temps. O fi j'avois toutes ces chofes, que je ferois heureux ! Quand pourrois. je craindre d'eftre pauvre ? Mais je me flatte de ces vaines pensées, & de ces esperances frivoles. La fortune est mon ennemie, & lors que j'implore fon secours, elle emprunte la cire, dont le Sage Ulyffe se servit autrefois pour éviter les charmes & la voix des Syrenes: elle se bouche les oreilles, & ferend fourde à mes veus, & à mes prieres.

Fin de la neuviéme Satyre.

Bb iiij

DIXIEME SATYRE

DE JUVENAL.

Sur la Vanité de nos defirs, & fur l’ina

constance de la Fortune.

Ans tous les pais du monde, depuis Ca

dis jusqu'au Gange, qui est ce, fans erreur du veritable bien , & de ce qui luy eft opposé ? Un épais nuage répand des ténebres sur l'esprit des hommes. En effet, qu'y at-il de raisonnable dans nos craintes ou dans nos defirs ? Avés-vous jamais fait une demande si juste, que vous n'ayés pas eu sujet de vous en repentir? Oüy,les Dieux ont esté trop favosables à vos prieres , & ce que vous avés obtcnu a efté la cause de vostre ruyne. On demande. souvent ce qui

doit

apporter le plus de préjudice, soit dans la paix, soit dans la

guerre. Un torrent de paroles, unc éloquence extraordinaire a esté funeste à plusieurs.

JUVENALIS.

SATYRA DECIMA.

In Vana mortalium vora, & Fortuna

levitatem.

OM

Mnibus in terris , qua funt à Gadibus ufa

que Auroram, á Gangen , pauci dignoscere pol

sunt Vera bona, atque illis multum diversa , sca

mota

ut te

Erroris nebula. quid enim ratione timemus,
Aut cupimus ? quid tam dextro pede concipis
Evertere domos totas optantibus ipsis
Dii faciles nocitura toga,nocitura petuntur
Militia : e torrens dicendi copia , multis
Et sua mortifera est facundia. viribus ille
Comatas non peniteat , votique peracti

[ocr errors]
« PredošláPokračovať »