Œuvres de Voltaire, Zväzok 28

Predný obal
Lefèvre, 1829 - 72 strán (strany)
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Iné vydania - Zobraziť všetky

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 279 - Suave, mari magno turbantibus «quora ventis, « E terra magnum alterius spectare laborem; " Non quia vexari quemquam est jucunda voluptas, « Sed quibus ipse malis careas quia cernere suave est; " Suave etiam belli certamina magna tueri « Per campos instructa , tua sine parte pericli.
Strana 422 - L'une a fui dans le ciel, et l'autre dans un puits. La vaine opinion règne sur tous les âges. Son temple est dans les airs, porté sur les nuages ; Une foule de dieux, de démons, de lutins, Sont au pied de son trône ; et, tenant dans leurs mains Mille riens enfantés par un pouvoir magique, Nous les montrent de loin sous des verres d'optique.
Strana 279 - Sed nil dulcius est, bene quam munita tenere edita doctrina sapientum templa serena, despicere unde queas alios passimque videre errare atque viam palantis quaerere vitae, certare ingenio, contendere nobilitate, noctes atque dies niti praestante labore ad summas emergere opes rerumque potiri.
Strana 76 - Fils unique de Dieu, engendré du Père, c'est-àdire de la substance du Père; Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu; engendré et non...
Strana 383 - En humectant de la farine avec de l'eau, et en renfermant ce mélange, on trouve au bout de quelque temps, à l'aide du microscope, qu'il a produit des êtres organisés dont on croyait la farine et l'eau incapables. C'est ainsi que la nature inanimée peut passer à la vie, qui n'est elle-même qu'un assemblage de mouvements.
Strana 116 - Londres est tout aussi nébuleux qu'il l'était alors. Tout change dans les corps et dans les esprits avec le temps. Peut-être un jour les Américains viendront enseigner les arts aux peuples de l'Europe. Le climat a quelque puissance, le gouvernement cent fois plus ; la religion jointe au gouvernement encore davantage.
Strana 421 - ... soir, Lui dit : Mon médecin me défend de vous voir. Et parmi cent vertus cette unique faiblesse Dans un triste abandon réduisit sa vieillesse. Au sortir d'un sermon la fièvre le saisit , Las d'avoir écouté sans avoir contredit ; Et, tout près d'expirer, gardant son caractère , It fesait disputer le prêtre et le notaire. Que la bonté divine, arbitre de son sort, Lui donne le repos que nous rendit sa mort...
Strana 275 - Je plains le sort d'un curé de campagne obligé de disputer une gerbe de blé à son malheureux paroissien, de plaider contre lui, d'exiger la dîme des lentilles et des pois, d'être haï et de haïr, de consumer sa misérable vie dans des querelles continuelles, qui avilissent l'âme autant qu'elles l'aigrissent.
Strana 290 - Frédéric d'Aragon, roi de Sicile, et qu'il en revint aussi pauvre qu'il y était allé. Il fut réduit au marquis de Malaspina, et au grand-kan de Vérone. Le marquis et le grand-kan ne le dédommagèrent pas; il mourut pauvre à Ravenne, à l'âge de cinquantesix ans.
Strana 52 - Noé; ils se contentent d'adorer un Dieu avec tous les sages de la terre, tandis qu'en Europe on se partage entre Thomas et Bonaventure, entre Calvin et Luther, entre Jansénius et Molina.

Bibliografické informácie