Obrázky na stránke
PDF
ePub

bruit du sifflement dans la salle remplie d'une épaisse fourmillière de monstres compliqués de têtes et de queues; scorpion, aspic, amphisbène cruelle, céraste armé de cornes, hydre, élope sinistre, et dipsade : non, jamais un tel essaim de reptiles ne couvrit ou la terre arrosée du sang de la Gorgone, ou l'ile d'Ophiuse.

Mais encore le plus grand au milieu de tous, Satan était devenu Dragon, surpassant en grosseur l'énorme Python, que le soleil engendra du limon dans la vallée pythienne: il n'en paraissait pas moins encore conserver sa puissance sur le reste. Ils le suivirent tous, quand il sortit pour gagner la campagne ouverte : là ceux qui restaient des bandes rebelles tombées du ciel, étaient stationnés, ou en ordre de bataille , ravis dans l'attente de voir s'avancer en triomphe leur prince glorieux : mais ils virent un tout autre spectacle, une multitude de laids serpens! L'horreur les saisit, et en même temps une horrible sympathie; ce qu'ils voyaient ils le devinrent, subitement transformés : tombent leurs bras, tombent leurs lances et leurs boucliers, tombent eux-mêmes aussi vite: et ils renouvellent l'affreux sifflement, et ils prennent la forme affreuse qu'ils gagnent par contagion, égaux dans la punition comme dans le crime. Ainsi l'applaudissement qu'ils préparaient fut changé en une explosion de siffle

Cast on themselves from their own mouths.

[ocr errors]

There stood
A grove hard by, sprung up with this their change,
His will who reigns above, to aggravate
Their penance, laden with fair fruit, like that
Which grew in Paradise, the bait of Eve
Used by the tempter : on that prospect strange
Their earnest eyes they fix'd, imagining
For one forbidden tree a multitude
Now risen, to work them farther woe or shame;
Yet, parch'd with scalding thirst and hunger fierce,
Though to delude them sent, could not abstain;
But on they roll'd in beaps, and, up the trees
Climbing, sat thicker thản the snaky locks
That curl'd Megæra. Greedily they pluck'd
The fruitage fair to sight, like that which grew
Near that bituminous lake where Sodom flamed ;
This more delusive, not the touch, but taste
Deceived: they fondly thinking to allay
Their appetite with gust, instead of fruit
Chew'd bitter ashes, which the offended taste
With spattering noise rejected : oft they assay’d,
Hunger and thirst constraining; drugg’d as oft,

[ocr errors]

mens; triomphe de la honte qui, de leurs propres bouches, rejaillissait sur eux-mêmes.

Près de là était un bois élevé tout à coup au moment même de leur métamorphose, par la volonté de celui qui règne là haut; pour aggraver leur peine il était chargé d'un beau fruit, semblable à celui qui croissait dans Eden, amorce d'Ève employée par le tentateur. Sur cet objet étrange les démons fixèrent leurs yeux ardens, s'imaginant qu'au lieu d'un arbre défendu il en était sorti une multitude, afin de les engager plus avant dans la honte ou le malheur. Cependant dévorés d'une soif ardente et d'une faim cruelle, qui ne leur furent envoyées que pour les tromper, ils ne peuvent s'abstenir; ils roulent en monceaux, grimpent aux arbres, attachés là plus épais que les noeuds de serpent qui formaient des boucles sur la tête de Mégère. Ils arrachent avidement le fruitage beau à la vue, semblable à celui qui croit près de ce lac de bitume où Sodome brûla. Le fruit infernal, plus décevant encore, trompe le goût, non le toucher. Les mauvais esprits, espérant follement apaiser leur faim, au lieu de fruit, mâchent d'amères cendres que leur goût offensé rejette avec éclaboussure et bruit. Contraints par la faim et la soif, ils essaient d'y revenir; autant de fois empoisonnés, un abominable dégoût

With hatefulest disrelish writhed their jaws,
With soot and cinders fill’d; so oft they fell
Into the same illusion, not as man
Whom they triun ph’donce lapsed. Thus were they plagued,
And worn with famine long and ceaseless hiss,
Till their lost shape, permitted, they resumed ;
Yearly enjoin’d, some say, to undergo
This annual humbling certain number'd days,
To dash their pride and joy for man seduced.
However, some tradition they dispersed
Among the heathen of their purchase got;
And fabled how the serpent, whom they callid
Ophion, with Eurynome, the wide.
Encroaching Eve perhaps, had first the rule
Of high Olympus; thence by Saturn driven
And Ops, ere yet Dictæan Jove was born.

Meanwhile in Paradise the hellish pair
Too soon arrived; Sin, there in power before,
Once actual ; now in body, and to dwell
Habitual habitant; behind her Death,
Close following, pace

for

pace, not mounted yet On his pale horse ; to whom Sin thus began :

Second of Satan sprung, all-conquering Death!

[graphic]

tord leurs mâchoires, remplies de suie et de cendres. Ils tombèrent souvent dans la même illusion, non comme l'homme dont ils triomphèrent, qui n'y tomba qu'une fois. Ainsi ils étaient tourmentés, épuisés de faim et d'un long et continuel sifflement, jusqu'à ce que par permission ils reprissent leur forme perdue. On dit qu'il fut ordonné que chaque année ils subiraient, pendant un certain nombre de jours, cette annuelle humiliation, pour briser leur orgueil et leur joie d'avoir séduit l'homme. Toutefois ils répandirent dans le monde païen quelques traditions de leur conquête; ils racontèrent, dans des fables, comment le serpent qu'ils appelèrent Ophion, avec Eurynome, qui peut-être dans des temps éloignés usurpa le nom d'Ève, régna le premier sur le haut Olympe, d'où il fut chassé par Saturne et par Ops, avant même que Jupiter Dietéen fût né.

Cependant le couple infernal arriva trop tôt dans le Paradis : le Péché y avait été d'abord

potentiel, ensuite actuel, maintenant il y entrait cor: porel pour y demeurer continuel habitant. Derrière lui la Mort le suivait de près pas à pas, non encore montée sur son cheval pâle. Le Péché lui dit:

a Second rejeton de Satan, Mort qui dois tout

« PredošláPokračovať »