Obrázky na stránke
PDF
ePub

n'avons d'ailleurs nul besoin pour établir d'une manière inébranlable l'authenticité, la vérité, et l'inspiration de nos Livres saints.

Un livre est authentique quand le texte n'en est point altéré, ou lorsqu'il a été réellement écrit par l'auteur à qui on l'attribue. Or évidemment, on ne sauroit s'assurer d'un pareil fait, que par le témoignage. Tout se réduit donc a savoir s'il existe des témoignages suffisans pour qu'on puisse affirmer avec certitude que les livres de Moïse et des Prophètes, les Evangiles , les Actes, les Epîtres des Apôtres et l'Apocalypse , appartiennent aux auteurs dont ils portent le nom.

Qu'on l'ait contesté, cela se comprend ; car l'homme est libre de tout nier : mais il nous semble impossible que personne en ait jamais douté sérieusement. Quelqu'un doute-t-il que les harangues contre Philippe soient de Démosthènes, que le traité des Devoirs soit de Ciceron? Et quelle autre preuveen avons-nous , qu'une tradition qui remonte jusqu'aux temps où vivoient ces deux écrivains ? Or une tradition non moins constante et beaucoup plus générale atteste l'authenticité de l'Ecriture. Ce ne sont pas seulement quelques témoignages épars et consignés dans un petit nombre de livres , qu’on allègue en sa faveur; mais le témoignage perpétuel des sociétés juive et chrétienne. Deux grands peuples élèvent la voix pour déposer sur des faits publics d'où dépend leur existence comme peuples; faits dès lors aussi certains que leur existence même. Dira-t-on que, pendant trois mille ans, les Juifs n'ont connu ni leur histoire , ni leurs lois, ni l'auteur de ces lois ? Il seroit moins insensé de nier qu'il y ait eu des Juifs. Si Moïse n'est pas leur législateur, si le Pentateuque n'a pas été composé par lui, ou s'il a subi des altérations essentielles, il faut nécessairement supposer une époque où la nation juive oublie soudain à qui elle doit ses institutions , et quelles sont ces institutions, ce qu'elle est et ce qu'elle a été, ses usages religieux et civils , ses coutumes, ses habitudes ; il faut supposer que cette nation, perdant tout à coup ses souvenirs, ses idées , sa vie morale, tombe tout entière, et au même moment, dans l'idiotisme absolu. Et pour que rien ne manque à l'absurdité d'une pareille hypothèse, il faut supposer encore que cette même nation , qui n'auroit pu subsister huit jours en cet état au-dessous de la démence, recouvre aussi promptement qu'elle les avoit perdus, le sens et la mémoire, pour vivre sous de nouvelles lois qu'elle croit anciennes, et pour conserver à jamais avec une vénération profonde, une fausse tradition qu'elle croit vraie.

Nous défions qu'on attaque l'authenticité du Pentateuque, sans être forcé de soutenir ces prodigieuses extravagances; et si; effrayé decet excès de folie, on avoue que le Pentateuque est authentique, on est contraint d'étendre cet aveu à tous les livres de l'Ancien-Testament, qui ne forment avec le Pentateuque qu'un seul corps indissoluble d'histoire, de lois, et de doctrines

L'authenticité des Evangiles, des Actes des Apôtres, des Epîtres et de la révélation de saint Jean, ne repose pas sur des bases moins fermes. Ces titres sacrés de notre foi ont inspiré dès l'origine le même respect aux chrétiens; et jamais la tradition n'a varié sur leurs auteurs. Dès lors on ne sauroit raisonnablement révoquer en doute la vérité de cette tradition. Comment auroit-on pu , du vivant de saint Pierre, de saint Paul, de saint Jean, de saint Matthieu, etc., persuader aux fidèles que des écrits 'faussement attribués à ces Apôtres , leur appartenoient réellement? Comment n'auroient-ils pas eux-mêmes réclamé contre cette imposture ? Comment les églises de Rome, de Corinthe, d'Ephèse, et plusieurs autres se seroient-elles imaginé avoir reçu des lettres de saint Paul, que cet apôtre n'auroit point écrites? Comment auroient-elles cru en posséder les originaux? Comment ces Epîtres seroient-elles citées comme authentiques par saint Pierre ( 1.) ? Ou si les Epîtres de saint Pierre sont également .controuvées, comment ni lại, ni saint Paul, ni aucun de leurs disciples, n'ont-ils point désayoué ces fausses productions, dont il étoit impossible qu'ils ignorassent l'existence?

Quoiqu'elles soient alléguées dans les plus anciens Pères, veut-on néanmoins qu'elles n'aient paru qu'après la mort des Apôtres , l'absurdité ne sera pas inoins grande, elle le sera même encore plus; car presque toute la société chrétienne, déjà fort étendue à cette époque, devra nécessairement avoir été complice de l'imposture (2). Elle ne pouvoit pas être trompée sur

(1) Domini nostrilonganimitatem, salutem arbitremini : sicut et carissimus frater noster Paulus secundum datam sibi sapientium scripsit vobis. Sicut et in omnibus epistolis, loquens in eis de his : in quibus sunt quædam difficilia intellectu , quæ indocti et instabiles depravant, sicut et cæteras Scripturas, ad suam ipsorum perditionem. Ep.II, Petr. III, 16. :

(2) On voit au contraįre toute l'Eglise rejeter avec indignation les ouvrages fabriqués par les hérétiques, et publiés sous de faux noms, ainsi que les histoires pieuses, mais non autorisées , auxquelles on donnoit aussi le nom d'Évangiles. Fabricius compte jusqu'à cinquante de ces Evangiles. Au reste , avant Clément d'Alexandrie, mort l'an 215, il n'y a point d'indice ni de vestige certain d'aucun Évangile apocryphe.

: un fait de cette nature. Les Pasteurs établis par,

les Apôtres, ou ceux qui leur avoient succédé, après avoir conversé long-temps avec eux ; les fidèles si zélés de s'instruire de ce qui intéressoit la religion qu'ils venoient d'embrasser , auroient-ils pu croire qu'il existoit des écrits de ces mêmes Apôtres ; écrits que tous les chrétiens avoient ignoré jusque-là, quoiqu'ils fussent adressés , au moins quelques-uns, aux plus célèbres églises? La fraude eût donc été manifeste' ; il eût donc fallu. que les Pasteurs et les fidèles se fussent réunis pour la seconder; et cela dans le temps même où ils faisoierit profession d'une horreur profonde pour toute espèce de fraude, dans le temps où ils sacrifioient avec allégresse leurs biens , leurs vies , plutôt que de trahir , et même que de déguiser la vérité ? .

Et d'où seroit venu parmi eux cet accord universel pour autoriser le mensonge? Par quel motif auroient-ils, contre les principes de leur religion, et en violant ses préceptes les plus formels, favorisé la supposition de certains livres purement profanes, ou souffert qu'une main sacrilége altérât ceux qu'avoit inspirés l’Esprit divin? Apparemment les premiers chrétiens croyoient au christianisme, et le connoissoient. Ils ne mouroient pas dans les supplices pour une foi simu

« PredošláPokračovať »