Obrázky na stránke
PDF
ePub

peine, innombrable famille de la Providence, venez à Bethléem contempler cet enfant couché dans une crèche et enveloppé de quelques pauvres langes , venez et reconnoissez votre frère : rois , venez aussi , et humiliez-vous devant le Roi des rois. Exilés, bannis, tribu errante, suivez ce même enfant dans la terre étrangère où il fuit la persécution. Elle s'apaise , il revient, et pendant trente années d'une vie obscure, il accomplit la destinée de l'homme en mangeant le pain qu'il gagne chaque jour à la sueur de son front (1). Soumis à tous les devoirs , il est écrit qu'il obéissoit à Joseph et à Marie (2) ; il accomplissoit avec eux les préceptes de la loi , 'et c'est ainsi qu'il croissoit en sagesse , en age et en grâce devant Dieu et devant les hommes (3).

Le tenips arrive où il doit se manifester au monde ; il sort de l'atelier de l'artisan ; sa vie publique commence. Il instruit , il reprend, il commande, il exerce toutes les fonctions so

(1) Maledicta terra in opere tuo : in laboribus comedes ex eâ cunctis diebus vitæ tuæ... In sudore vultûs tui vescêris pane. Genes., III, 17, 19.

(2) Et descendit cum eis, et venit Nazareth : et erat. subditus illis. Luc., II , 51.

(5) Et Jesus proficiebat sapientiâ, et ætate, et gratiâ apud Deum et homines. Ibid., 52.

ciales. Les soins de l'autorité, les fatigues du pouvoir, les dévouemens de la charité, les vertus de l'homme-prêtre et de l'homme-roi, tel est maintenant ce qui frappe en lui. Et toutefois, dans ses veilles et dans ses travaux , aucun sentiment pur ne lui est étranger; son cour est ouvert à l'amour filial , à la chaste amitié, à la généreuse compassion : il partage nos joies ainsi que nos douleurs ; il assiste au festin de Cana , et passe quarante jours dans le désert sans prendre aucune nourriture. Il s'attendrit , il pleure comme nous. Il accueille avec indulgence le repentir, il s'indigne contre les crimes de la volonté pervertie. L'injure, la calomnie, la noire trahison, l'ingratitude, la haine et ses fureurs le poursuivent ; des complots sont formés pour le perdre; on lui tend des piéges dans l'ombre ; l'envie a résolu de se venger de ses bienfaits. La destinée humaine est en toutes choses sa destinée.

Cependant le peuple se presse sur ses pas, il publie sa gloire, sa renommée se répand au loin, on étend des vêtemens, on jette des palmes sur son passage , il entre à Jérusalem en triomphateur; et puis tout à coupon le voit triste jusqu'à la mort, baigné d'une sueur de sang, supplier son Père d'éloigner de lui ce calice , l'accepter au même moment par obéissance et par amour, et avec une douceur céleste l'épuiser jusqu'à la lie. Il a vraiment porté nos langueurs et connu notre infirmitė (1). Vendu , livré à ses ennemis, traîné de tribunaux en tribunaux, devenu le jouet de la populace et d'une soldatesque effrénée, souffleté, moqué, battu de verges, chargé d'un manteau de pourpre, d'une couronne d'épines, d'un sceptre de roseau ; en cet état le ministre du Peuple-Roi le présente au monde:

VOILA L'HOMME !

Oui, le voilà dans toute sa misère, dans toute sa foiblesse, dans les souffrances du corps , dans les angoisses de l'âme, dans la détresse et l'abandonnement, dans l'opprobre et la dérision, dans la vanité de ses grandeurs , dans le tourment de ses pompes, qui ne recouvrent que des plaies, dans l'agonie de sa puissance, dans le néant de sa vie. Est-ce bien là cet être déchu que poursuit une justice inexorable? reconnoissez-vous le fils d’Adam ? Oui , encore une fois, le voilà revêtu des dons de son père, et en pleine possession de son héritage. Je me trompe, il lui reste un dernier legs à recueillir. Ecoutez ce cri qui s'élève : Qu'on le crucifie! L'homme rap

m

(1) Isa., LIII, 3 et 4.

.

pelle à l'homme son arrêt, et prononce sur lui la malédiction qui doit le suivre jusque dans la mort (1).

Ainsi Jésus-Christ, exempt de péché, à voulu porter la peine du péché, et réunir en lui tout ce qui appartient à la nature humaine qu'il venoit réparer. Et pour entendre en quoi consiste cette grande régénération, et de quelle manière elle s'est accomplie, considérons l'homme à son origine, voyons ce que renferme le crime qui le sépara du Créateur, et ne craignons point de sonder cet abîme que la miséricorde divine a comblé.

Ce qui fait l'essence du péché, c'est la désobéissance à Dieu ; et dans le péché de notre premier père, nous trouvons une désobéissance complète de l'homme, de sorte que, dégradé jusqu'au fond de son être', il ne resta plus en lui rien de sain.

L'orgueil, principe de tout mal, corrompt d'abord son esprit rebelle. Il écoute cette parole funeste : Vous serez comme des Dieux (2) : il s'égale au Tout-Puissant, il cesse de reconnoître

recon

(1) Christus nos redemit de maledicto legis, factus pro nobis maledictum : quia scriptum est : Maledictus omnis qui pendet in ligno. Ep. ad Galat. III, 13.

(2) Eritis sicut dii. Genes., III , 5.

sa souveraineté ; et puni aussitôt , il perd l'en-' pire qu'il exerçoit sur les créatures que Dieu lui avoit soumises, et sur lui-même. Condamné à subir tous les genres de servitude, esclave du Prince des ténèbres qui l'a séduit, esclave de ses propres penchans , de ses appétits les plus vils, il descendra si bas, qu'au delà il ne verra rien; et cependant inquiet, tourmenté, il essaiera de descendre encore. Où va-t-il? Que veut-il ? Il cherche, au-dessous du désespoir , je ne sais quelle affreuse joie qui saisira son intelligence aliénée, et alors on l'entendra se dire : Il n'y a point d'autre Dieu que moi!

De la corruption de l'orgueil naît la corruption des désirs , et le cour à son tour se déprave. Vos yeuž s'ouvriront ; vous serez comme des dieux , sachant le bien et le mal (1). A cette promesse flatteuse, la curiosité s'éveille. Ce n'étoit pas assez de l'innocence et du bonheur; l'homme aspire à la science, il entreprend de ravir à l'Eternel son secret. Le châtiment suit de près. La honte et la crainte s'emparent du coupable (2). Il voudroit se cacher de Dieu , se cacher de luimême; et de tout ce qu'il ignoroit il n'a encore

(1) Aperientur oculi vestri : et eritis sicut dii, scientes bonum et malum. Ibid.

(2) Ibid., 7 et seqq.

« PredošláPokračovať »