Poésies diverses de Marie-Joseph Chénier ...

Predný obal
Chez Maradan, 1818 - 408 strán (strany)
0 Recenzie
Recenzie nie sú overované, ale Google kontroluje prítomnosť falošného obsahu a po jeho identifikácii ho odstraňuje
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Zvolené strany

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 360 - Alternis aptum sermonibus et populares Vincentem strepitus et natum rebus agendis. Musa dedit fidibus divos puerosque deorum Et pugilem victorem et equum certamine primum Et juvenum curas et libera vina referre.
Strana 126 - C'est le bon sens, la raison qui fait tout. Vertu, génie, esprit, talent et goût. Qu'est-ce vertu ? raison mise en pratique ; Talent ? raison produite avec éclat ; Esprit ? raison qui finement s'exprime ; Le goût n'est rien qu'un bon sens délicat ; Et le génie est la raison sublime.
Strana 382 - Anticyris caput insanabile numquam 300 tonsori Licino commiserit. o ego laevus, qui purgor bilem sub verni temporis horam ! non alius faceret meliora poemata : verum nil tanti est. ergo fungar vice cotis, acutum reddere quae ferrum valet exsors ipsa secandi...
Strana 390 - Saxa movere sono testudinis et prece blanda Ducere quo vellet. Fuit haec sapientia quondam, Publica privatis secernere, sacra profanis, Concubitu prohibere vago, dare jura maritis, Oppida moliri, leges incidere ligno ; Sic honor et nomen divinis vatibus atque 400 Carminibus venit.
Strana 356 - Cui lecta potenter erit res, 40 Nec facundia deseret hunc nec lucidus ordo. Ordinis haec virtus erit et venus, aut ego fallor, Ut jam nunc dicat jam nunc debentia dici, Pleraque differat et praesens in tempus omittat; Hoc amet, hoc spernat promissi carminis auctor.
Strana 96 - On les vante ! et l'on m'ose accuser ! Moi, jouet si longtemps de leur lâche insolence, Proscrit pour mes discours, proscrit pour mon silence, Seul, attendant la mort quand leur coupable voix Demandait à grands cris du sang et non des lois ! Ceux que la France a vus ivres de tyrannie...
Strana 210 - Que de rivaux de gloire unis sous tes berceaux ! C'est là qu'au milieu d'eux l'élégant Despréaux, Législateur du goût, au goût toujours fidèle, Enseignait le bel art dont il offre un modèle ; Là, Molière, esquissant ses comiques portraits, De Chrysale ou d'Arnolphe a dessiné les traits.
Strana 181 - Brisant des potentats la couronne éphémère , Trois mille ans ont passé sur la cendre d'Homère, Et depuis trois mille ans Homère respecté Est jeune encor de gloire et d'immortalité...
Strana 209 - En laissant comme toi la reine des cités. Ah ! lorsque la nature, à mes yeux attristés, Le front orné de fleurs, brille en vain renaissante, Lorsque du renouveau l'haleine caressante Rafraîchit l'univers de jeunesse paré, Sans ranimer mon front pâle et décoloré, Du moins, auprès de toi, que je retrouve encore Ce calme inspirateur que le poète implore, Et la mélancolie errante au bord des eaux.
Strana 362 - Humani vultus : si vis me flere, dolendum est Primum ipsi tibi ; tune tua me infortunia laedent, Telephe vel Peleu : male si mandata loqueris, Aut dormitabo aut ridebo.

Bibliografické informácie