Dissertations de Maxime de Tyr, philosophe platinocien, tard. sur le texte grec, avec des notes critiques, historiques & philosophiques par J. J. Combes.- Dounous, Zväzok 1

Predný obal
 

Čo hovoria ostatní - Napísať recenziu

Na obvyklých miestach sme nenašli žiadne recenzie.

Iné vydania - Zobraziť všetky

Časté výrazy a frázy

Populárne pasáže

Strana 265 - Va-t'en, monstre exécrable! Va, laisse-moi le soin de mon sort déplorable. Puisse le juste ciel dignement te payer! Et puisse ton supplice à jamais effrayer Tous ceux qui, comme toi, par de lâches adresses, Des princes malheureux nourrissent les faiblesses, Les poussent au penchant où leur cœur est enclin, Et leur osent du crime aplanir le chemin! Détestables flatteurs, présent le plus funeste Que puisse faire aux rois la colère céleste!
Strana 107 - Platon et Xénophon nous ont laissé chacun une apologie de Socrate. Il résulte de ces deux monumens de l'amitié et de la vénération, que Socrate, en présence de ses juges , tint quelques discours pour répondre à ses accusateurs. Il ne faut donc pas prendre au pied de la lettre le titre de cette Dissertation , et penser que Maxime de Tyr se soit mis en contradiction avec les deux disciples de Socrate , qui ont écrit son apologie. Notre Auteur a seulement voulu dire que Socrate n'employa point...
Strana 193 - ... nom de science — ? Je pense que chacune des choses qui existent ou qui ont existé , et avec lesquelles l'âme a eu quelques relations, se lient, s'enchaînent avec elle, de manière que l'idée de l'une traîne à sa suite l'idée de l'autre , ou sous le rapport du temps . comme dans la succession du jour et de la nuit , de la jeunesse et de la vieillesse, de l'hiver et du printemps; ou sous le rapport des affections. C'est ainsi que la beauté produit l'amour , l'injure la colère, la prospérité...
Strana xxx - D'ailleurs, ce manuscrit paroît être l'ouvrage de quelque homme lettré , versé dans les matières analogues à celles qui sont traitées par notre Auteur ; et la preuve en est, à mon avis, dans des notes marginales qui se réfèrent au texte , et qui sont évidemment de la même main , et de la même encre, que le corps du manuscrit. Le second des manuscrits de la Bibliothèque, contenant les quarante et une Dissertations de Maxime de Tyr, est un des fruits de nos dernières victoires en Italie....
Strana 215 - L'un , le sensible , est plus aisé à connaître par le contact immédiat où l'on est sans cesse avec lui. L'autre, l'intettigible, avec lequel un semblable rapport n'existe pas , n'en est que plus facile à saisir par sa nature même ; car les animaux , les plantes , les pierres , les sons , les saveurs , les odeurs , les formes , les couleurs, objets dont nous sommes habituellement environnés , et dont les sensations se confondent dans tous les jnomens de notre existence , font impression sur...
Strana 207 - L'esprit et la vérité sont des choses différentes : il existe donc des idées. » (Ibid. , ch. g.) (H) « Cette faculté de l'âme qui trouve le savoir étant implantée dans son essence , enlacée dans sa nature, innée avec elle , qu'est-elle autre chose que les notions de la vérité , mises dans un mouvement , dans une activité , dans un ordre , auquel on donne le nom de science....? Je pense que chacune des choses qui existent ou qui ont existé , et avec lesquelles l'âme a eu quelques...
Strana 241 - Lectos, argentum : tollas licet. In manicis et Compedibus saevo te sub custode tenebo. Ipse deus, simul atque volam, me solvet.
Strana 105 - J uges , et il leur endossa la honte et l'infamie de l'avoir condamné sans l'entendre. VIII. Socrate avoit donc grand besoin de discourir auprès des Athéniens qui le jugeoient ! Il étoit âgé de soixante-dix ans. Il avoit consacré cette longue carrière à l'étude de la Philosophie et à la pratique de la vertu. Il n'avoit jamais nui à personne. Pas un vice à lui reprocher. Les mœurs les plus pures. Les liaisons les plus honnêtes. Visant à l'utile dans toutes ses relations , et améliorant...
Strana 253 - Ainsi Dieu, étant essentiellement bon , n'est pas cause de toutes choses, comme on le dit communément. Et parce que les biens et les maux sont tellement partagés entre les hommes, que le mal y domine, Dieu n'est cause que d'une petite partie de ce qui arrive aux hommes , et il ne l'est point de tout le reste. On doit n'attribuer les biens qu'à lui : quant aux maux, il en faut chercher une autre cause que Dieu.
Strana 218 - ... et saisir dans son ensemble l'idée de cet immense tout... Comment l'esprit voit-il, entend-il? Par la force , par la rectitude de l'âme , qui contemple cette lumière pure sans éblouissement, sans ténèbres.... A mesure qu'on avance dans cette carrière et qu'on s'éloigne des cho(i...

Bibliografické informácie