Obrázky na stránke
PDF
ePub

A MONSIEUR LE DUC

DE CAZES,

GRAND RÉFÉRENDAIRE DE LA

CHAMBRE DES PAIRS.

Quand j'eus mis la dernière main
A ce vrai travail de Romain,
Quand ma tâche fut consommée,
Holà! dis-je à la Renommée
Qui filait tout droit son chemin ,
Prends ta trompette! – Non , demain.

Nai-je pas fini mon ouvrage ?

Non, il te faut un personnage
Noble et puissant, mais vertueux
Qui veuille recevoir ce gaye
De ton amour respectueux ,
Et qui mérite ton hommage.
Eh bien, va, cours,

cherche en tous lieux Et trouve-le moi, si tu peux ;

Je suis parfois un peu légère,
Reprit l'auguste messagère ,
Mais je veux et dois sur ce point
Te parler net: ne sais-tu point
Que je suis fille de la brigue,

Et que j'élève aux cieux l'intrigue
Pour fouler ou jeter au vent
Tout haut mérite encor vivant ?
Ne sais-tu point... — Je sais, Madame,
Tout ce qui reste dans votre âme
De conscience et de vertu ,
Mais enfin je veux.....

Que veux-tu ?

[merged small][ocr errors]

Je veux un homme.dont la bouche,
Organe de la vérité,
Ne doive à l'infidélité.
Aucun succès ni vain ni louche,
Et qui, fort de sa loyauté,
Sans craindre ni la liberté
Ni des tyrans l'humeur farouche,
Sache ennoblix tout ce qu'il touche,
Et mettre avec sévérité
Tous les extrêmes de côté.
Je veux que la littérature,
Les beaux-arts et l'agriculture
Lui doivent leurs progrès aussi ;
Je veux que rien n'ait obscurci
Le moindre rayon de sa gloire,
Et

que son nom soit dans l'histoire.. Mais ce cour que rien n'ébranla

Qui jamais ne dissimula ,
Cet homme excellent que j'honore,
Eh bien.... Je le voudrais encore
Au pouvoir malgré tout cela.

Où donc trouver cet homme là? Reprit encor la noble reine ; En vérité j'aurai grand peine A découvrir ce phénomène : Voyons pourtant par-ci par-là.

Elle dit, et puis s'envola.

Après une course incertaine
Dans mainte région lointaine
Où la vertu se signala ,
Elle revint tout hors d'haleine,
Plana quelque temps sur la plaine,
Puis sa trompette rappela.
Le peuple alors s'y rassembla :
DECAZE était seul dans l'arène,
Et devant sa cour souveraine
La Renommée ainsi parla:

- Je l'ai trouvé, tiens, le voilà,
Dit-elle en me montrant le sage
Dont je voulais le patronage ;
C'est lui qui de tous , sous les cieux ,
Me paraît entendre le mieux
Les principes et le langage
Du stoïcique aréopage ,
Où tes vers furent inspirés;
Il mérite bien ton hommage;
Fais-lui donc accueillir le gage

Des sentimens purs et sacrés
Dont tes accens sont pénétrés.
Il sut enchaîner la licence,
Il sut restreindre la puissance
Et des Tarquins et des Brutus.
L'impiété, le fanatisme,
L'anarchie et le despotisme,
Ses ennemis, sont abattus.
Les rois, vengés d'un vain caprice ,
Sur le trône de la justice
Déjà rappellent ses vertus ;
Et moi, souveraine interprête ,
Je viens déposer sur sa tête
Le laurier de Cincinnatus.

[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PredošláPokračovať »